Hôpitaux: les listes d'attente risquent de s'allonger pour passer une IRM

Hôpitaux: les listes d'attente risquent de s'allonger pour passer une IRM
Hôpitaux: les listes d'attente risquent de s'allonger pour passer une IRM - © Image d'illustration - NOEMI BRUZAK - BELGA

Pour rembourser l'utilisation par des patients de l'imagerie médicale par résonance magnétique, l'appareil doit depuis le 1er juin 2016, être agréé. La ministre de la santé a limité la liste à une centaine d'appareils IRM. Or, depuis de nombreuses années, pratiquement tous les hôpitaux en ont acquis. Réputé plus précis et sans danger, l'IRM est devenu un outil de diagnostic de première ligne fort utilisé.

Les délais d'attente varient déjà entre 6 et 8 semaines. Pourtant, une vingtaine de machines n'ont pas reçu d'agrément en Belgique. C'est le cas notamment à la clinique André Renard de Herstal qui en effectue environ 5000 par an. Pour Marc de Paoli, le directeur, ce refus d'agrément est un non sens. Il risque paradoxalement d'augmenter le nombre d'examens au scanner, qui eux, sont irradiants.

"Dans certains cas, s’il n’y a pas de délai suffisamment court, les médecins demandent un scanner et font une IRM plus tard pour affiner leur diagnostic" explique le directeur.

Or, le centre fédéral d'expertise des soins de santé préconise l'usage prioritaire de l'IRM pour des raisons de sécurité. Notamment dans sa campagne "Pas des rayons sans raisons". 

La clinique André Renard ne demande pas le remboursement de sa machine IRM mais simplement que l'Inami rembourse les examens effectués.

"Nous avons pris la décision, dans un premier temps, de ne pas arrêter l’IRM et de continuer à l’utiliser sur fond propre. En espérant que la ministre Maggie De Block prenne conscience qu’on va vers une médecine à deux vitesses si on augmente pas le nombre de machines" poursuit Marc de Paoli.

Au CHU de Liège, le problème est un peu différent. Les quatre appareils IRM ont reçu un agrément mais une des machines est réservée à un usage scientifique. Comme à Herstal, son utilisation par des patients ne sera pas remboursée. Avec le même effet: allonger les délais d'attente déjà forts longs pour l'utilisation de l'IRM dans les hôpitaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK