Herve : avec seulement trois listes et quelques poids lourds, les cartes seront-elles redistribuées ?

Qui occupera en 2018 les bureaux exécutifs du Centre administratif Marie-Thérèse de Herve?
Qui occupera en 2018 les bureaux exécutifs du Centre administratif Marie-Thérèse de Herve? - © Atelier d'Architecture Henry-Leclercq

Lors de ces élections communales à Herve, plusieurs poids lourds seront en lice. Mais l’affrontement ne sera pas direct. En effet, aucune des trois personnalités visées n’occupe la tête de sa liste. Dans le coin droit de l’arène, il y a le ministre MR Pierre-Yves Jeholet, en dernière position sur la liste Herve Demain. Dans le coin gauche, à la même position sur la liste PS, l’ancien président de la FGTB Marc Goblet, qui signe un retour politique à Herve. Et puis au milieu, la ministre cdH Marie-Martine Schyns, qui de manière peut-être surprenante occupe le milieu de la liste Ensemble pour Herve, c’est-à-dire la 12ème place.

Les deux ministres ne pourront quoi qu’il arrive pas conserver leur mandat ministériel et exercer en même temps la fonction de bourgmestre. C’est incompatible. Ils n’ont d’ailleurs pas fait mystère de leur intention de rester au gouvernement où leur mandat ne se terminera qu’après les élections de mai 2019 et pourrait, selon les résultats, être prolongé. Et puis quitter un maroquin ministériel pour éventuellement y revenir sept mois après, cela fait un peu mauvais genre dans la nouvelle culture politique.

L’intérêt sera donc surtout de voir la popularité des uns et des autres au travers de leur liste respective, même si le combat sera inégal, chacun ne se présentant pas à la même position.

Des défis communs

Parmi les défis qui attendent la future majorité, les trois partis qui se présentent s’entendent tous sur certaines priorités. La première citée, c’est la redynamisation du centre de Herve, qui passera par un vaste projet de rénovation du site Chapelier. Commerces, logements, parking et espaces verts devront y cohabiter et tenter de résoudre l’important problème de parking au centre de Herve. La réaffectation du site de l’actuelle caserne des pompiers de Battice, au centre de la localité, devra aussi faire l’objet d’une vaste réflexion.

L’autre défi avancé par les différents partis, c’est la mise en place d’un plan de mobilité afin notamment de répondre au problème de l’engorgement de la nationale 3 entre Battice et Herve.

A noter, une différence dans le programme des partis : là où HDM veut diminuer la fiscalité (qu’il avait augmentée au lendemain des dernières élections), les deux autres partis se refusent à annoncer une telle mesure, affirmant vouloir d’abord confronter les nécessaires enjeux à réaliser à la réalité financière de la commune.

HDM veut confirmer

Herve Demain avait conquis le pouvoir il y six ans après plusieurs élections où il n’avait pas pu concrétiser l’entrée dans une majorité. Avec cette fois une majorité absolue. Pour la première fois, il va donc pouvoir être jugé par l’électeur sur un bilan. Et pour cela, il met notamment en avant sa gestion des finances, la mise en place de partenariats locaux de prévention, l’installation de caméras de surveillance et de radars préventifs et l’extension de la maison de retraite.

Quant aux défis de la prochaine législature, Il avance parmi d’autres le regroupement des casernes de pompiers de Herve et de Battice, l’augmentation de la capacité de la crèche communale, la création d’une résidence service et le futur aménagement du centre de Battice.

C’est l’actuel bourgmestre faisant fonction, Marc Drouguet, qui s’est vu confier la tête de liste.

Exit le cdH, voici EPH

EPH, c’est Ensemble pour Herve, une liste qui associe 9 anciens cdH, 2 écolo et 14 candidats non étiquetés politiquement. Une liste qui a fait un choix original puisque ses premières places sont occupées par des jeunes, dont la tête de liste Boris Chandelle, 25 ans.

Pour EPH (comme pour le PS), l’objectif sera notamment d’empêcher que HDM conserve sa majorité absolue, laissant ainsi la place à une coalition. La réduction du choix des électeurs à trois listes (au lieu de 5 il y six ans) pourrait aussi jouer un rôle dans la redistribution des voix.

Parmi ses projets, la mise en place de budgets participatifs, la sécurisation de la traversée des villages et des abords des écoles et la réduction de l’empreinte énergétique de la commune.

Et le PS ?

Les socialistes herviens ont été éjectés de la majorité après la prise de pouvoir de HDM et ils se présentent aujourd’hui en rassembleur. Ils ont en effet attiré sur leur liste deux membres de la formation Intérêt citoyens, qui au départ ambitionnait de présenter sa propre liste. Deux membres, dont Claudio Sangiovanni, l’ancien président du cdH de Herve et fondateur d’ICH. Ils ont aussi convaincu Marc Goblet de revenir, et l’ancien échevine Nicole Roumans, assez populaire, de figurer elle aussi sur la liste. Pour mener les troupes socialistes, le choix s’est porté sur Jean-Claude Dumont.

Parmi les priorités du PS hervien, la maîtrise des finances communales, la fin de l’extension de l’école de José et la continuité de la rénovation des routes (dont la route de Bolland).

Certains dossiers semblent donc faire l’objet d’une unanimité d’intérêts à Herve pour la prochaine législature, d’autres moins. Mais qui pour les mener ? Réponse le 14 octobre. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK