Herve: l'enlèvement d'amiante sur un toit inquiète des parents d'élèves

De la poussière d'amiante a-t-elle pu "voler" jusqu'aux enfants de la cour d'école voisine?
De la poussière d'amiante a-t-elle pu "voler" jusqu'aux enfants de la cour d'école voisine? - © rtbf

C'est un matin comme les autres pour ce papa. Il dépose ses enfants à l'école St Joseph à Herve . En quittant l'école, il se rend compte qu'on démonte le toit d'une maison voisine dont l'arrière donne sur la cour de récréation où étaient encore les enfants. "Les ouvriers avaient un masque mais ils jetaient les plaques d'Eternit comme cela dans un grand bac, sans aucune précaution et le vent allait vers les enfants", affirme le papa, " j'ai  fait demi-tour, j'ai prévenu l'école on m'a dit qu'on ne pouvait pas confiner les enfants dans le réfectoire". Le père de famille n'a pas voulu laisser ses enfants à l'école. Il est reparti.

Pas d'autorisation nécessaire

Le directeur de l'école explique n'avoir pas été prévenu à l'avance de ce chantier. Averti par le père de famille, le directeur est allé trouver les ouvriers qui avaient pratiquement terminé l'enlèvement des plaques d'amiante. Tout s'est fait en quelques heures.

La police de Herve de même que l'échevine et le service d'environnement sont descendus sur place.

Au-delà de ce cas particulier, on peut se poser des questions sur la manipulation de ces matériaux contenant de l'amiante. Ici, il s'agit d'amiante solide. Il ne faut donc pas, contrairement à l'amiante friable, faire appel à une société particulière. Le chantier est privé, la commune n'est donc pas concernée. Du côté de la région wallonne, on confirme que pour un petit chantier comme celui-là, il ne faut pas de permis d'environnement ou autre autorisation. Que ce soit à proximité d'une école ou non, il n'y a aucune obligation d'avertir les voisins. Et d'ailleurs, nous dit on, même sur un chantier plus important, là où il faut un confinement et une société agréée , il n'y a rien qui oblige à prévenir le voisinage.

Principes de précaution

Les entreprises doivent cependant respecter quelques règles de précaution. Pour éviter la dispersion de poussières, il faut d'abord humidifier, arroser les plaques avant de les démonter soigneusement et éviter de les casser. Il faut les déposer, et non les jeter, dans une benne. Le mieux est de les emballer dans des sacs . Les plaques doivent ensuite être évacuées vers les parcs à containers habilités à traiter l'amiante.

Dans le cas précis, les entreprises locales qui étaient sur le chantier affirment que les plaques étaient déjà humides, avec de la mousse, et qu'il n'était pas nécessaire d'arroser. A l'arrivée de la police, il n'y avait plus de plaque sur place. Les ouvriers ont  déclaré avoir déposé les plaques non emballées mais intactes dans une remorque. Le tout a bien été acheminé au centre de traitement le plus proche à Retinne.

Quant au père de famille inquiet, il ne compte pas en rester là. IL compte déposer plainte en bonne et due forme.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK