Herstaliens, ne parlez plus des anciens ateliers des Acec, dites "Green Life"

Une maquette, montrée pour la première fois au Mipim, permet de visualiser le futur des Acec
Une maquette, montrée pour la première fois au Mipim, permet de visualiser le futur des Acec - © Michel Gretry

C'est ce mardi que débute, sur la côte d'azur, le marché international des promoteurs immobiliers. C'est le rendez-vous annuel des investisseurs et des décideurs politiques. La ville de Herstal a profité de l'occasion pour dévoiler son plan directeur pour l'aménagement du site des anciens atelier de constructions électriques Acec. La tâche de repenser cette petite trentaine d'hectares, quasiment à l'abandon depuis le départ de l'entreprise Inductoterm et  de sa centaine de travailleurs, a été confiée à une urbaniste italienne de renom, Paola Vigano.

Le maitre mot, c'est la vie au vert. En anglais, green life. Il est acquis que le site soit traversé par un réseau de chaleur en provenance de l'usine de traitement des immondices, voisines. Mais ce n'est pas tout: l'option est confirmée de consacrer une vaste superficie  à des serres et des cultures maraichères. Près de quarante mille mètres carré de logements sont prévus,  deux cents appartements, avec des immeubles de taille modeste, trois ou quatre étages, des immeubles répartis en deux zones, aux deux extrémités de la zone. Les vastes halles industrielles seraient partiellement conservées, pour devenir, selon les cas, centre de conférence, espaces économiques, salle de sports....

Le document doit encore être adopté en conseil communal, puis soumis à la tutelle régionale. Comme le dit le bourgmestre herstalien, c'est un projet à dix ans. Mais le cheminement administratif peut aller relativement vite, et les premières phases peuvent se réaliser en quelques mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK