Herstal: quatre travailleurs licenciés devenus patrons de leur coopérative

4 anciens de Truck Technic créent Difrenotech, une coopérative de travailleurs
4 anciens de Truck Technic créent Difrenotech, une coopérative de travailleurs - © Tous droits réservés

Des travailleurs qui créent leur propre entreprise d'ingénierie mécanique... Cela se passe à Herstal. En juin 2016, leur entreprise Truck Technic est délocalisée vers la Tchéquie. C'est ce que décide la direction, une multinationale américaine. Une soixantaine d'emplois disparaissent. Pourtant, l'entreprise fait des bénéfices.

Difrenotech: la coopérative répare des différentiels pour camions

Certains veulent garder le savoir-faire acquis depuis trente ans dans le domaine de la fabrication de pièces mécaniques pour camions. Aujourd'hui, ils ont décidé de relancer une partie de l'activité industrielle sous forme d'une coopérative de travailleurs, comme cela existe en Espagne, en Italie ou en France.

Nous déciderons ensemble au sein des travailleurs  

Chacun des quatre anciens travailleurs a décidé d'investir personnellement un peu moins de 15000 euros pour créer leur société coopérative baptisée Difrenotech. Le reste des 220 000 euros provient de structures régionales d'aides à l'investissement et de banques. Francisco Gomez fait partie des travailleurs associés de la coopérative qui réparera des différentiels de roues de poids-lourds. Le principe: un homme/une femme, une voix: "nous déciderons ensemble, au sein des travailleurs et si demain par exemple, il y a un problème parce qu'on est soumis aux règles du marché et qu'il faut réduire les coûts, qu'il faut commencer à sacrifier une partie des salaires ou des primes, on le fera. On ne fera pas comme les autres sociétés capitalistes qui partiront ailleurs ou qui mettront des gens dehors pour gagner plus." 

Le savoir-faire, il va rester ici

Pour ces travailleurs, la coopérative est une manière d'être indépendant des multinationales. "On démontre que le savoir-faire, il va rester ici. On sait qu'aujourd'hui en Tchéquie, il y a des problèmes de production puisque le savoir-faire sur papier n'existe pas. C'est dans les mains. On espère commencer à produire à partir de mars 2018 et engager une quinzaine de personnes à l'horizon 2019." En région liégeoise, récemment, deux multinationales ont fermé deux autres sociétés de production industrielle, Truflo-Rena et Parker. les deux faisaient des bénéfices. La coopérative de travailleurs est peut-être une des pistes pour conserver chez nous, leur activité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK