Help-Ados, une application pour professionnels afin d'identifier les conduites à risque des ados

L'application pose des questions très précises à l'adolescent, toujours en présence d'un professionnel
L'application pose des questions très précises à l'adolescent, toujours en présence d'un professionnel - © RTBF - Olivier Thunus

Help-Ados, c'est le nom d'une nouvelle application qui va être testée à grande échelle en province de Liège, partenaire du projet, et en France. Une application destinée aux professionnels amenés à évaluer et critériser les conduites à risques d'un adolescent.

En province de Liège, cela passera par le service Openado, spécialisé dans l'accompagnement des adolescents, et l'application pourra être testée par toutes sortes de professionnels, du médecin généraliste à l'éducateur de rue.

L'application Help-Ados repose sur un face à face et sur la synchronisation des smartphones d'un professionnel et d'un adolescent. Ce dernier se voit poser une série de questions très précises : " Le professionnel choisit des chapitres à investiguer parmi toute la gamme des conduites à risque, y compris les jeux vidéo, l’addiction à Internet, etc. L’appareil pose alors par chapitre une trentaine de questions bien plus précises qu’un professionnel ne le ferait dans une simple relation avec l’adolescent, parce qu’on n’a pas en tête les trente bonnes questions à poser à un adolescent en situation réelle ", détaille le Docteur Xavier Pommereau, pédopsychiatre bordelais à la base de l'application.

Le suicide, la drogue, la scarification, la sexualité, les thématiques prises en charge sont nombreuses et comme l’entretien se déroule sur un smartphone, outil avec lequel l’adolescent se sent à l’aide, les réponses se donnent sans tabou et sans pudeur. C’est en tout cas ce qu’ont constaté les professionnels durant des pré-tests. Au terme du questionnaire proposé par l'application, le professionnel et l'adolescent pourront être aidés : " Le professionnel pourrait encore se sentir démuni à la fin du questionnaire et dans ce cas, il revient vers l’Openado, qui va pouvoir l’aider dans la pose du diagnostic et l’accompagner dans l’orientation qui devra être proposée au jeune pour l’accompagner sur le long terme ", précise Kathy Firquet, députée provinciale liégeoise en charge de la Santé.

L'application n'est pas un dispositif d'auto-évaluation. Elle se veut un guide pour aider les professionnels parfois démunis face aux problématiques touchant les adolescents.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK