Hausse parfois importante des ventes de climatiseurs : effet coronavirus ?

De fortes chaleurs sont attendues dès ce mercredi et pour quelques jours. Certains vont donc transpirer dans leur maison et peut-être penser à l’achat d’un climatiseur. Mais certains ont déjà anticipé cette démarche. Et on observe même un probable effet Covid.

Chez les indépendants, plusieurs commerçants évoquent une demande importante. C’est le cas chez Lemaire Distribution, à Malmedy : "Cette année, les gens se sont précipités avant la vague de chaleur. On a déjà réalisé de belles ventes. C’est une anticipation qui n’était pas présente les autres années car les gens attendaient vraiment que la chaleur entre dans les maisons avant d’effectuer leurs achats", explique Annick Lemaire, gérante.


►►► Notre dossier sur le coronavirus


A côté des climatiseurs mobiles, certains optent pour un système de chauffage – climatisation plus fixe. Et ici, l’effet Covid est clair, au point que bon nombre d’installateurs se disent déjà débordés par la demande. Michel Renard, gérant de ClimConcept, est dans le cas : "On s’attendait à avoir un redémarrage très compliqué suite à la crise du coronavirus et on s’aperçoit que c’est totalement l’inverse. Les gens qui ont dû annuler leurs vacances ont aussi mis cet argent dans la pose d’un système de climatisation. Généralement, aux alentours du mois de mars les devis sont déjà signés et là, ça n’arrête pas. On est même obligé de refuser des devis et de dire à certains clients qu’on n’a pas de possibilité de faire leur montage avant l’année prochaine", confirme-t-il.

Pas encore de rush en grande surface

D’autres sociétés du secteur confirment cette demande en forte hausse et expliquent que pour une installation pour cet été, c’est déjà trop tard. Dans les grandes surfaces par contre, l’augmentation des ventes de climatiseurs est sensible, mais ce n’est pas encore le rush confirme Grégoire Tack, directeur commercial de la Fnac et de Vandenborre : "Aujourd’hui, il n’y a pas encore de rush car en général il faut quelques jours de suite avec du beau temps. Par contre, on voit quand même une hausse par rapport à ce qui se faisait l’année dernière. Il y a quand même des gens qui anticipent", précise-t-il.

Chez Mediamarkt, la porte-parole Janick De Saedeleer s’attend à une demande importante dans les prochaines heures et les jours à venir : "Il n’y a pas encore de rush parce que les gens attendent vraiment qu’il y ait de fortes chaleurs qui les empêchent de dormir pendant deux-trois nuits, et puis ils vont dans un magasin pour refroidir la maison. Il y a toutefois des gens qui sont déjà venus acheter, qui ont pris leurs précautions, mais le rush, ce sera plutôt les prochains jours", estime-t-elle.

Quoi qu’il en soit, les grandes surfaces l’affirment, elles sont prêtes pour le rush et ont généralement augmenté leur stock par rapport à l’an dernier. Quant à l’effet Covid, il s’explique probablement par deux facteurs : les gens qui sont restés confinés chez eux, en télétravail notamment, ont eu chaud, et les vacances annulées ont dégagé du budget.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK