Harzé: "look at me", un salon du bien-être destiné à la personne handicapée

Ils vous solliciteront dès vendredi...Comme chaque année, les bénévoles de Cap48 vendront les petits post-it bien utiles qui permettent de mettre un peu de beurre dans les épinards des associations qui s'occupent de personnes handicapées.

Parmi ces associations figure l'Arche à Aywaille. Pour la deuxième année, l'asbl a organisé le salon "look at me", le salon qui aide les handicapés à prendre soin d'eux. Dans le superbe cadre du château de Harzé, une quarantaine de professionnels du bien être se sont mis, bénévolement, à la disposition des personnes souffrant d'un handicap mental.

Maquillage, coiffure, massage et autres conseils vestimentaires... sont autant de services qui ne sont que rarement proposés en institution. "C'est un public  qui n'a pas facilement accès à ce type de soins. Pour ceux qui vivent dans des hébergements, ce n'est pas systématiquement pris en compte. Et pour ceux qui vivent encore dans leur famille, c'est laissé à l'appréciation des parents", explique Christine Dacier, l'une des organisatrices de l'événement. "Nous constatons, en les accompagnant, que le fait de se vêtir adéquatement est quelque chose qui reste compliqué. Une éducation et un accompagnement sont nécessaires sur ces sujets pour qu'ils se sentent bien dans leur peau. Pour qu'ils s' intègrent plus facilement dans la société aussi, et qu'ils ne soient pas stigmatisés davantage encore par un look vestimentaire inapproprié".

Chaque participant a choisi deux soins ou activités. Eva est allongée, en confiance, pour un soin visage relaxant entre les mains d'Isabelle. Anita se fait couper les cheveux par Béatrice. Camille, l'un des rares hommes, s'est laissé guider sur son look. Il a adopté la coupe un peu rock and roll conseillée par David Jeanmotte. Le relookeur bien connu était d'ailleurs présent pour prodiguer ses conseils en matière de maquillage ou de choix de couleurs pour les vêtements. "Il faut qu'on envoie une onde, qu'elle soit positive et qu'elle reste. Ici, il y a une attente, c'est ça qui est important, c'est qu'on se sent utile", confie-t-il souriant à Cathy, venue spécialement pour se faire maquiller par lui. Un bon moment pour ces personnes, une expérience enrichissante pour les professionnels peu habitués, eux aussi, à exercer dans le milieu du handicap.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK