Harmoniser les tuyaux d'orgues… en télétravail : le défi réussi du blegnytois Marc Garsou

Faire du télétravail, on l’imagine sans peine pour des métiers de bureau, mais beaucoup moins dans ceux que l’on trouve dans une manufacture d’orgue. Qui plus est lorsque ce travail concerne les tuyaux des orgues. C’est pourtant ce que réalise au quotidien Marc Garsou. Il travaille pour la manufacture d’orgue Schumacher, à Eupen, où il veille à ce que les tuyaux des orgues sonnent parfaitement. Et ce travail, c’est chez lui, à Saint-Remy, dans la commune de Blegny, qu’il l’effectue désormais.

Le travail de Marc Garsou, c’est de faire en sorte que les tuyaux d’un orgue soient parfaits. Une tâche possible dans son atelier personnel, qu’il a adapté suite à la crise Covid : " Il a fallu transformer un peu mon petit atelier pour pouvoir accueillir pas mal de tuyaux pour pouvoir les faire sonner. Pour le moment, c’est possible parce que ce sont des petits tuyaux mais il y en a qui font entre trois et six mètres, et là, on va attendre que ça aille mieux pour pouvoir les restaurer à l’atelier ", explique-t-il.

Un équipement spécifique lui a aussi été amené par son employeur, la manufacture d’orgue Schumacher d’Eupen : " On m’a amené ce qu’on appelle un mannequin. C’est une sorte d’orgue qui transmet le vent aux tuyaux, pour les faire sonner comme s’ils étaient dans l’instrument. Il a fallu pour cela quelques petites adaptations aussi. C’est un travail très précis. Il faut que chaque tuyau ait exactement le même timbre et l’attaque doit être plus ou moins pareille partout. Il faut vraiment essayer que ça soit parfait. C’est ce qui fait la beauté de l’instrument d’ailleurs ", précise encore l’harmoniste.

C’est l’entreprise qui lui a proposé cette forme de télétravail qu’il n’aurait jamais imaginé avant la crise : " Ça a été une demande de mon chef d’atelier. Ça nous permet d’avoir un peu moins d’hommes à l’atelier parce que nous sommes quand même quinze, et c’était très facile pour moi, mais avant la crise, je n’aurais jamais imaginé pouvoir travailler de chez moi ", reconnaît-il encore.

Et au final, Marc Garsou se dit très satisfait de l’expérience.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK