Hannut: profs et élèves déguisés pour les 100 jours des rhétos

Avec la crise sanitaire, l'année des élèves a été chamboulée. Les rhétos par exemple ont été privés de nombreuses activités. Certaines écoles ont décidé de leur offrir un peu de bon temps. A l'Athénée Royal d'Hannut, cette semaine, c'est déguisement pour tout le monde.

Un peu d'amusement en cette année monotone

C'est un moment qu'ils attendaient depuis longtemps et qui, derrière les masques, fait apparaître bien des sourires. Avec un peu de retard, les élèves de rhétos de l'Athénée fêtent les 100 jours, déguisés comme le veut la tradition. De quoi s'offrir un sentiment de normalité. "Ça fait des semaines qu'on se prépare vu que c'est un peu le seul événement à cause du covid. On s'y est mis à fond. Tout est fait main, tout, on a tout fait nous-mêmes" explique une élève. "On a essayé d'avoir un peu d'amusement en cette année un peu monotone" confie une autre élève de rhéto. "Déjà qu'on s'est vus seulement un jour sur deux début d'année. Maintenant qu'on s'est retrouvés, on a quand même voulu fêter ça, tout en respectant les mesures. C'est comme s'il n'y avait jamais rien eu, même si on a le masque. On arrive à passer au-dessus et à l'oublier pendant un moment".

2 images
Avec un peu de retard, les élèves de rhétos de l'Athénée fêtent les 100 jours. © RTBF

Une manière de marquer le coup, malgré tout

Habituellement, les rhétos organisent des petites activités pour les élèves des années inférieures mais, covid oblige, cela n'était cette fois pas possible. L'école a tout de même tenu à leur permettre de marquer le coup. Christophe Mahieu, directeur de l'Athénée: "L'idée vient des élèves. J'ai reçu les délégués de classes et ils m'ont proposé d'organiser des journées à thème. Le premier jour, c'était tout le monde en pyjama, le deuxième jour c'était les filles en garçons et les garçons en filles, le troisième jour c'était chic, et aujourd'hui, c'est déguisement libre. Bien entendu, les cours se donnent tout à fait normalement, il n'y aura pas d'activité ludique proposée comme ça a pu se faire les autres années".

Du côté des profs, certains ont aussi joué le jeu. C'est le cas de Wendy Germeys, professeure de français et d'espagnol: "C'est super parce que ça sort de l'ordinaire aussi, on a eu une année difficile. Donner cours avec le masque, ce n'est pas facile. Ici, ce n'est pas évident non plus de donner cours quand tout le monde est déguisé, mais on essaye. Tous les élèves ont été top, que ce soit dans la cour, pendant les cours, ils ont tous joué le jeu, et ils ont tous essayé d'être sérieux un maximum".

Il va pourtant rapidement falloir se reconcentrer sérieusement car les examens approchent, mais ces quelques jours de fête auront permis aux élèves de garder au moins un souvenir positif de cette triste année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK