Hamoir: La CILE cherche un partenaire pour son usine d'embouteillage à moitié vide

D'où l'idée pour la Cile, d'y développer une autre acitivité commerciale. Dans son immense hall, la chaîne d'embouteillage de la Cile occupe la moitié de l'espace du bâtiment. Et ne fonctionne qu'une semaine par mois. Assez pour produire annuellement 30.000 bidons d'eau de source. Le reste du temps, le hangar est vide. La Cile cherche un partenaire commercial pour rentabiliser l'usine d'Hamoir. Pour y stocker des produits par exemple, mais il pourrait aussi, comme l'explique Bernard Michaux, directeur d'exploitation à, la CILE, utiliser certains équipements de la chaîne: "notamment tous les équipements de palletisation et de houssage puisqu'on pourrait facilement intégrer une autre bande transporteuse sur l'outil existant".

Pas question cependant pour l'éventuel partenaire, d'utiliser l'eau de source à des fins commerciales. La Cile continuera à la produire elle-même à prix coûtant uniquement pour les situations d'urgence. En cas de rupture de canalisation par exemple, ou quand l'eau de distribution est victime d'une pollution. Elle servira à dépanner les abonnés lorsqu'ils sont privés d'eau pour au moins 8 heures. Ou lors de manifestations publiques comme les Ardentes ou les Beach Days à Esneux. Et pas seulement pour le réseau liégeois. Elle servira aussi à d'autres distributeurs d'eau wallons et à l'association des distributeurs flamands.

La Cile se donne jusqu'au 18 mars, pour trouver un partenaire et développer de nouvelles activités dans son usine d'embouteillage d'Hamoir.

Erik Dagonnier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK