Grève dans les prisons: un problème pour les entreprises qui font travailler les détenus

C'est le 35ème jour de grève dans les prisons ce lundi (photo: prison de Lantin)
C'est le 35ème jour de grève dans les prisons ce lundi (photo: prison de Lantin) - © RTBF

C'est le 35ème jour de grève dans les prisons ce lundi. Et le mouvement de grogne des gardiens devrait se poursuivre. Ils doivent se prononcer cet après-midi, à bulletins secrets, sur le protocole d'accord proposé par le ministre de la justice Koen Geens. Mais c'est le NON qui risque de l'emporter comme à Dinant ou Andenne.

Une situation pénible pour les détenus. Un problème aussi pour les entreprises qui font travailler ces prisonniers. Et parmi ces entreprises, la ferronnerie Radoux, à Awans, qui a son propre atelier dans la prison de Lantin. 70% de sa production provient d'ailleurs de cette même prison. Pour faire face à une grève à rallonge, l'entreprise a donc dû se réorganiser. Julien Radoux, le patron: "On a un petit peu remanié les équipes de pause pour les réintégrer en atelier et compléter le manque de personnel".

Fonctionner différemment, faire appel à des structures d'insertions par le travail par exemple. Le responsable de cette ferronnerie ne s'en cache pas, "l'idée est fortement envisagée"... "Entre une grève et un atelier qui ferme par manque de personnel, il y a certainement un malaise chez eux, mais en attendant, il y a des entrepreneurs qui sont bloqués à cause d'eux".

Voir ces entreprises déserter les prisons. C'est précisément ce que redoute cellmade. Nicolas Leroy est le responsable de cette agence du SPF justice qui cherche à favoriser le travail en prison: "Ça signifie moins de détenus au travail, donc des détenus qui sont davantage en cellule et qui ont donc moins de revenus pour vivre au sein de la prison, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur l'ambiance au sein de l'établissement".

Certaines entreprises ont pris d'autant plus de retard qu'elles ont mis du temps à récupérer leur matériel. Des grévistes barraient l'entrée des prisons.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK