Grève dans les prisons: plus de 15 000 heures prestées par la Protection Civile

Plus de 15.000 heures ont été prestées par le personnel de la Protection Civile dans les prisons de Wallonie et de Bruxelles depuis le début de la grève des agents pénitentiaires.
4 images
Plus de 15.000 heures ont été prestées par le personnel de la Protection Civile dans les prisons de Wallonie et de Bruxelles depuis le début de la grève des agents pénitentiaires. - © Tous droits réservés

Les prisons tournent au ralenti avec l'aide des policiers, des militaires et avec l'appui aussi de la Protection Civile.  De nombreux agents sont mobilisés.  Et les heures prestées se multiplient.

Depuis le début de la grève des agents pénitentiaires, du personnel de la Protection Civile est envoyé dans les prisons.  Il donne un sérieux coup de main au niveau de la préparation des repas. Pierre Desoleil, volontaire à la Protection Civile de Crisnée explique: "C'est principalement l'aide en cuisine, c'est-à-dire couper des pains, préparer des régimes spéciaux parce qu'il y a des gens qui sont diabétiques, il y a des régimes spéciaux musulmans diabétiques sans graisses, ...  Tout ça doit se préparer séparément, être emballé séparément selon les normes AFSCA.  Il y a ensuite la distribution des repas, c'est simplement amener des charriots chauffants aux différents étages de la prison."

Hervé Balaes est volontaire depuis 15 ans à la Protection Civile de Crisnée.  Lorsque son métier de facteur ne l'occupe pas, il veut aider les autres, y compris les prisonniers. "C'est dans mon âme personnelle d'aider les autres", dit Hervé Balaes, "J'essaye de faire mon possible pour essayer d'apporter quelque chose à l'ensemble de la population.  Les premières fois où on vient dans des grandes structures comme ici à la prison de Lantin, c'est assez impressionnant."

Pour l'ensemble des prisons en Wallonie et à Bruxelles, la Protection Civile comptabilise plus de 15.000 heures de prestation.  L'officier responsable de l'unité de Crisnée, le Colonel Nicolas Tuts,  espère qu'un accord sera trouvé rapidement après ces quatre semaines de grève: "Moi, je pense que c'est le meilleur pour tout le monde, pour la protection civile, pour les volontaires.  On est quand-même là depuis maintenant presqu'un mois.  Donc, il faut faire tourner ce personnel volontaire, il faut le mobiliser, ce n'est pas toujours facile dans la durée de mobiliser autant de volontaires avec autant d'heures."

Pour y voir clair à la caserne de Crisnée, l'organisation d'un planning est indispensable pour connaître les forces en présence afin de les répartir au mieux.  Le colonel Nicolas Tuts explique: "On est en train de faire des rotations avec les volontaires pour diminuer leur charge de travail.  Il faut savoir qu'ils font presque 13 kilomètres par jour dans certaines prisons juste pour la distribution des repas des prisonniers."

Cette période de l'année est souvent synonyme d'orages et de pluies violentes.  Les responsables de la protection civile espèrent que les choses s'arrangent au plus vite dans les prisons pour faire face, s'il le faut, aux caprices de la météo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK