Grâce-Hollogne: la Ressourcerie fermée à cause des inondations

Grâce-Hollogne: la Ressourcerie fermée à cause des inondations
9 images
Grâce-Hollogne: la Ressourcerie fermée à cause des inondations - © RTBF

Deux jours après les orages en région liégeoise, l'heure est toujours au nettoyage.  Un des lieux qui a été touché est la Ressourcerie du Pays de Liège à Grâce-Hollogne. Les nombreux meubles et électroménagers récoltés par la société coopérative ont souffert des coulées d'eau et de boue.  Il y a un sérieux manque à gagner.

Mardi après-midi, un torrent de boue et d'eau a dévalé des champs avoisinants et a envahi le bâtiment jusqu'à une cinquantaine de centimètres, endommageant tous les objets exposés. Ce jeudi matin, c'est une entreprise spécialisée qui enlève les quelques centimètres de boue du magasin.  Michel Simon, directeur de la Ressourcerie et d'Electro Sofie, explique: "L'eau est entrée dans les bâtiments.  C'était un spectacle désolant car tout était sous eau et de l'eau boueuse.  Et quand l'eau s'est retirée, évidemment, la boue est restée au sol et c'était très embarrassant".

Le nettoyage a commencé par les ateliers adjacents pour pouvoir redémarrer l'activité au plus vite.  Ici, on remet en service d'anciennes machines à lessiver et appareils électroménagers pour les revendre en seconde main.  Toutes les machines qui étaient dans le magasin doivent être vérifiées.    Les équipes vont donc devoir s'activer pour remettre en état au plus vite les premiers appareils.  Car pour l'instant, plus aucune machine n'est commercialisable. "Ça va être un travail de titan.  On a commencé aujourd'hui mais je ne sais pas jusqu'à quand on en a.  Je pense qu'on avait presque 200 machines, appareils tout confondus dans le magasin, plus la production qui attendait d'aller dans le magasin.  Donc, là, on a du boulot à revendre" explique Arnaud Spineux, chef d'atelier.

Les pertes n'ont pas encore été chiffrées précisément.  Mais rien que pour les machines à lessiver, elles pourraient grimper jusqu'à 40.000 euros.  Sans compter qu'il s'agit de bâtiments presque neufs qui ont été inondés. "Il y a eu deux ans de travaux, c'était terminé, on avait réintégré les locaux.  Il faut imaginer, il y avait un demi mètre d'eau qui arrivait contre les fenêtres.  C'est quand-même rude et il ne faudrait pas que ça se reproduise trop souvent" précise Michel Simon.

La société coopérative qui vise la réinsertion des personnes peu qualifiées espère que leur assurance couvrira une grande partie de leurs pertes pour pouvoir continuer sereinement leurs activités.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK