GP de F1 : les spectateurs vont-ils être dédommagés ?

Plus de 3 heures d’attente sous la pluie, 2 tours de piste et puis s’en vont.
Ça devait être les retrouvailles avec le public, dimanche, pour la F1 sur le circuit de Spa Francorchamps. La météo en a décidé autrement. Les 75.000 spectateurs qui avaient acheté leur ticket sont repartis sans avoir réellement vu un Grand Prix. De report d’heure en heure en attendant l’accalmie, décision a été prise d’effectuer 2 tours de piste derrière la voiture de sécurité et c’est tout. Un goût de trop peu.

Même si certains comprennent que la sécurité des pilotes justifiait cette décision, d’autres se posent la question d’un dédommagement.

Ce lundi matin, Vanessa Maes, la directrice de Spa Grand Prix tenait d’abord à exprimer toute la déception de l’organisation qui, depuis un an, a travaillé pour que ce GP soit possible malgré la crise sanitaire, pour obtenir le feu vert du gouvernement pour accueillir ces milliers de spectateurs. La directrice qui comprend aussi la déception des spectateurs qui ont fait le déplacement en masse. Pour le reste, pas de précipitation : "on va s’asseoir autour de la table, discuter. Nous, on a fait le job. On a tout donné pendant un an. Les commissaires de course étaient en place de 6 heures du matin à passer 18 heures, sous la pluie. Le spectacle, c’est tout le week-end pas seulement le jour du Grand Prix. On n’est pas responsable de la météo ni des décisions de la FIA et des instances sportives", explique Vanessa Maes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK