Fourons : l'école communale rachetée par les francophones

Fourons : l'école communale  rachetée par les francophones
Fourons : l'école communale rachetée par les francophones - © YORICK JANSENS - BELGA

A Fourons-St-Martin, les parents et enfants de l'école francophone sont enfin rassurés ! La majorité flamande avait mis en vente ce bâtiment scolaire communal. Il vient d'être racheté par le Centre Sportif et culturel, pouvoir organisateur de l’enseignement francophone maternel et primaire des Fourons
C'est un nouvel épisode de la longue saga linguistique et communautaire locale. Une saga qui a notamment vu la majorité flamande en place depuis 18 ans mettre en vente une partie du patrimoine immobilier, terrains, bois et bâtiments. L’école francophone était un des derniers biens dont la commune souhaitait se séparer.

 
Et cela mettait clairement en difficulté l’enseignement francophone à Fourons, d'où l'inquiétude des parents des 70 élèves des classes primaires sans compter les maternelles. Ca a été un bras de fer linguistique et communautaire, bien sur, confirme Grégory Happart, conseiller communal d'opposition, et président du Centre sportif et culturel des Fourons, mais qui s'est principalement joué au niveau local.

La commune, à majorité flamande depuis des années, souhaitait se débarrasser du bâtiment. Une façon de saborder l'enseignement francophone ? L'objectif était double, analyse Grégory Happart. D'abord l'objectif financier parce que la gestion de la majorité actuelle n'est pas aussi belle qu'elle le prétend. Ils ont besoin constamment d'argent frais, ils ont déjà vendu une grosse part du patrimoine communal fouronnais. D'autre part, ils s'amusent à nous mettre des ennuis sur la tête, des tracasseries administratives et autres  pressions pour intimider la population francophone. Donc leur but était double : mettre une épée de Damocles au-dessus de la tête des parents d'élèves et du corps enseignant et de rassembler un peu d'argent pour leur budget. 
 

Cet achat d’un montant de près de 650.000  euros s'est fait via un emprunt garanti par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un coup de pouce financier mais aussi linguistique et  communautaire. 

Un coupé de ruban symbolique aura lieu lundi 18 février, à l'école communale francophone. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK