Football Club d'Hannut: la chasse aux lapins est ouverte

François Lorrain, chasseur "à la buse"
3 images
François Lorrain, chasseur "à la buse" - © rtbf

À Hannut, il ne fait pas bon être un lapin surtout si on a élu domicile sur le terrain de football local. Le club a décidé de faire la chasse à ces lapins qui depuis l'été pullulent et endommagent les terrains.

"On a constaté depuis le mois de juillet des dégradations au niveau des terrains et un accroissement au niveau du nombre de lapins. Ils commencent à creuser  des galeries. on doit chaque fois surveiller, repérer ces galeries pour les reboucher afin que les joueurs ne se blessent pas quand ils jouent au foot. Il y a aussi le problème des nombreuses déjections un peu partout", explique Daniel Vanwaeyenberge, le secrétaire du club.

Le club hannutois a donc décidé d'agir. Dans un premier temps, il comptait inviter quelques chasseurs pour tirer ces lapins, mais comme le club est en milieu quasi urbain, à moins de 200 mètres de certaines habitations, les tirs sont interdits. L'idée a alors fait son chemin de trouver d'autres formes de chasse et une annonce est parue dans un journal. Résultat : 16 candidats en deux jours. Le club a fait son choix : un chasseur à furet et un chasseur à la buse tenteront de réguler le nombre de lapins.

Cassidy et Quidditch

François Lorrain est pilote d'avion, mais également passionné par la chasse à la buse. Sa buse, un mâle de 650 grammes, c'est Quidditch. La technique est simple : "Le chien, Cassidy, a pour tâche de trouver et débusquer les lapins. Une fois le lapin à découvert, la buse le repère et l'immobilise en l'empiètant au niveau de la tête."

La buse peut chasser jusqu'à 6 lapins par sortie. Si l'oiseau maîtrise sa proie, il ne la tue pas nécessairement : "On pourrait très bien intervenir et ainsi prendre le lapin vivant mais il faut savoir que les lapins sont considérés comme nuisibles et qu'il est interdit par la loi de les transporter vivants pour les déplacer et les relâcher".

Les autorisations de chasse sont délivrées pour un mois. Le sort des lapins sera donc peu enviable les prochaines semaines près du club de football d'Hannut même si "le but n'est pas de tuer tous les lapins mais de diminuer leur nombre. Les petits lapins, c'est mignon, mais quand le dimanche matin un joueur qui met son pied dans un trou creusé par un de ces lapins se retrouve à l'hôpital, c'est moins bien", ajoute le secrétaire du club hannutois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK