Fnac, Vanden Borre et Mediamarkt à Liège: intenable, ce ménage à trois?

Un "rapprochement" problématique, aux Galeries Saint-Lambert
Un "rapprochement" problématique, aux Galeries Saint-Lambert - © Tous droits réservés

Une certaine inquiétude commence à poindre parmi les travailleurs liégeois de la Fnac. Depuis la fin juillet, ils ont changé d'actionnaire: ils sont passés dans l'orbite de la société allemande Ceconomy, la maison-mère de la chaîne Mediamarkt.

Artémis, fonds d'investissement de la famille Pinault, a en effet cédé sa participation de 24,33% dans Fnac Darty à Ceconomy, l'une des deux filiales cotées du groupe allemand Metro, pour un montant de 452 millions d'euros. L'opération devrait être finalisée d'ici la fin du mois d'août 2017.

Deux magasins, qui vendent presque la même chose, qui se font concurrence, et qui dépendent du même propriétaire, à quelques dizaines de mètres de distance aux Galeries Saint Lambert, n'est-ce pas un risque de double emploi, à court ou moyen terme ?

La société Ceconomy détient un quart du capital environ, et dispose de trois sièges sur douze au conseil d'administration. Pas de quoi s'alarmer dans l'immédiat, peut-être... Sauf que la différence entre Fnac et Mediamarkt, c'est le rayon des livres. Or, avec la croissance des ventes en lignes sur des sites comme Amazon, cette particularité risque fort de s'estomper, dans un proche avenir, ce qui pourrait pousser à des rationalisations.

Un malaise qui pourrait s'amplifier

Les craintes sont d'autant plus vives que la Fnac éprouve déjà quelques difficultés à digérer son rapprochement avec Vanden Borre, filiale belge de la multinationale Darty, intervenu l'an dernier. Ce sont deux cultures d'entreprise, et des règlements de travail qui s'opposent. Le groupe issu de la fusion a centralisé sa gestion des ressources humaines, confiées à une directrice de Vanden Borre. Quatre des six chargés des relations sociales ont quitté la Fnac.

Trois jours de grève, en juin, ont permis de mesurer l'étendue du malaise. Il pourrait s'amplifier, à la rentrée. Parce que l'arrivée de Mediamarkt dans l'affaire est une menace supplémentaire. Le front commun syndical vient de lancer une consultation des employés de la Fnac. Le personnel semble très attaché à son enseigne, mais cherche des raisons de ne pas désespérer....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir