FN Herstal: Willy Borsus dément tout interventionnisme et accuse à son tour la FGTB

La situation est complètement bloquée à la FN Herstal. Cela fait deux semaines que l'usine est en grève. La FGTB, à l'origine de la grève, estime que des discussions fructueuses étaient en cours avec la direction. Mais tout aurait capoté, parce que le politique s'en est mêlé.

C'est un euphémisme de dire que les relations se sont tendues entre l'actionnaire unique de la FN, la Région wallonne et le syndicat socialiste. Et cela, depuis que le MR est entré dans la coalition.

Pour le président de la Fédération des Métallos Liège Luxembourg, Francis Gomez , la direction locale avait fait volte-face alors qu'il existait un protocole d'accord. "Le management local n’a aucune marge de négociations possible. Malheureusement, je pense qu’on les a rappelés à l’ordre (…) Qui ? Selon moi, le ministre-président wallon, qui a contacté le conseil d’administration de la FN."

Justement, le ministre-président wallon, Willy Borsus, contacté ce vendredi matin, dément : "On sait que l’histoire des conflits sociaux et de l’action excessive de la FGTB à la FN Herstal ne remonte pas à ce gouvernement. Les conflits sociaux ont été très nombreux. Et, en l’espère, le gouvernement soutient la direction de la FN Herstal. Mais il n’y a eu aucune mise sous tutelle de notre part ! Des contacts ont été menés depuis plusieurs semaines. Mais malheureusement, sans aucune bonne volonté du côté de la FGTB."

Une assemblée générale du personnel FGTB est convoquée ce vendredi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK