Feu vert wallon à Hayrport, le projet de station d'hydrogène de Liege Airport et John Cockerill

Le gouvernement de Wallonie a approuvé ce jeudi le projet Hayrport.

C’est un projet pilote d’installation d’une infrastructure de production et de distribution d’hydrogène à partir d’électricité sur le site de Liege Airport. Il a été initié en 2018 par l’aéroport et par le groupe John Cockerill, l’ex-CMI, qui construira la station. John Cockerill est un pionnier de l’hydrogène vert, donc produit au départ d’énergies renouvelables. L’infrastructure devrait être pleinement opérationnelle fin 2022.

"C’est une expérience de test vraiment très importante.", commente le ministre régional de l’Energie, Philippe Henry, "L’hydrogène vert est un vecteur de transition énergétique évidemment très important. L’hydrogène sera destiné à alimenter un certain nombre de véhicules propres à l’aéroport, voitures ou petits camions ou peut-être également navettes bus. Mais il y a aussi des possibilités d’extension vers d’autres flottes. Il y a plusieurs entreprises qui sont sur le site de l’aéroport ou pas très loin qui soit utilisent ou vont utiliser dans le futur des véhicules hydrogènes. Donc c’est un peu aussi l’œuf et la poule : c’est en concrétisant le projet, en ayant de l’hydrogène qui sera disponible à partir de fin de l’année prochaine qu’on va pouvoir vraiment alimenter la machine et avoir cette phase de test."


►►► À lire aussi : Un plan "hydrogène propre" pour l'Europe : cinq questions pour mieux comprendre


Comment expliquer le temps pris pour en arriver là ? "D’abord, ce sont des technologies quand même très complexes.", explique le ministre Philippe Henry, "Il y a aussi évidemment toute une législation à respecter. Ce sont aussi des moyens importants qui sont dégagés puisque le gouvernement octroie un subside de 6 millions d’euros pour le déploiement de cette production test et également un autre prêt de 6 millions d’euros pour la construction en elle-même. Donc c’est quand un soutien très important de la part du gouvernement qui est cohérent aussi avec une volonté de soutenir plus globalement cette filière. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup d’étapes, mais on est maintenant vraiment à la concrétisation de la décision du gouvernement."
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK