Fermeture annoncée de la Chocolaterie Jacques à Eupen

La chocolaterie Jacques, à Eupen, est menacée de fermeture. La direction de Baronie, propriétaire de l’entreprise, a annoncé mardi lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire qu'elle avait l'intention de fermer la chocolaterie à la mi-mai 2019. Elle explique cette décision par des investissements non rentables et des pertes cumulées importantes depuis 2011.

Avec la reprise par Baronie, le site eupenois avait tout d'abord perdu la production du chocolat, lequel arrivait désormais sous forme liquide afin d'être reconditionné en bâtonnets ou pralines. Les pertes d'emplois et les départs volontaires se sont multipliés. L'entreprise emploie désormais quelque 70 personnes dont une part importante de couples.

L’entreprise recourrait depuis plusieurs années de manière importante au chômage économique et a récemment perdu un important client en Angleterre. Lors de la reprise, le personnel avait accepté de renoncer à divers avantages comme des primes d’équipe ou l’usage d’un bus transportant le personnel vers l’entreprise au départ de plusieurs points de rassemblement.

Le groupe Baronie vient aussi de fermer une usine aux Pays-Bas. La direction a aussi affirmé au Conseil d’Entreprise qu’Eupen était la moins rentable de ses usines belges.

Jacques, un pionnier du chocolat belge

Cette fermeture, c'est la fin d'une fameuse aventure du chocolat belge. Les chocolat Jacques font partie des pionniers du chocolat belge. Jacques, c'est avant tout l'inventeur du fameux bâton de chocolat, une invention qui sera brevetée en 1936. Mais c'est bien avant, en 1896, qu'Antoine Jacques a fondé son atelier à Verviers. Un atelier qui marche tellement bien qu'il faut le transférer à Eupen dans les années 1920. Et c'est là que l'entreprise se développe. Les chromos, vignette de papier, sorte d'album Panini avant la lettre, ont réjoui de générations d'enfants collectionneurs. Et la figure du chevalier dessinée sur les premiers emballages est toujours bien présente sur les emballages d'aujourd'hui.

La success story s'est prolongée jusque dans les années 50. 250 personnes y travaillent, Jacques est lauréat de prix à l'exportation, un musée du chocolat est installé dans l'entreprise en 1994. Les années 2000 sont celles du déclin progressif. Jacques passe de mains en mains, l'emploi diminue. Aujourd'hui la fermeture est annoncée. Et les amateurs du bâton banane et du moka rhum sont nostalgiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première