F1 à Francorchamps: la police va utiliser Facebook pour aiguiller les automobilistes

Les policiers belges recevront du renfort de leurs homologues allemands, hollandais et français.
Les policiers belges recevront du renfort de leurs homologues allemands, hollandais et français. - © MICHEL KRAKOWSKI - BELGA

C'est LE week-end de l'année du côté de Francorchamps. Le Grand Prix de F1 se prépare. Les forces de l'ordre et les services de secours ont commencé à déployer un dispositif impressionnant.

Onze ambulances, six postes médicaux, plus de cent secouristes pour chaque journée d'essai et de course… Voilà le dispositif mis en place par la Croix-Rouge.

La police n'est pas en reste : pour accueillir et guider les 100 000 spectateurs attendus, plus de 850 agents sont mobilisés. Avec même le renfort d'une trentaine de collègues venus de l’étranger, pour s'assurer d'une parfaite collaboration transfrontalière (des Allemands, des Hollandais, des Luxembourgeois et des Français, dans leurs uniformes nationaux). Parce que, malgré toutes les précautions, des embarras de circulation sont presque inévitables.

Globalement, c'est plutôt l’E25, plutôt que l’E42, qu'il faut emprunter. La police n'a pas hésité à déployer de nouvelles technologies, les réseaux sociaux, pour donner ses consignes, mais elle conseille vivement - et c'est surprenant - de débrancher les guidages par satellite. Parce que parfois, des routes sont barrées, ou provisoirement en sens unique, et que les satellites l'ignorent. Ils risquent donc d'envoyer les imprudents au diable vauvert.

Mais pour le reste, une page Facebook va diffuser en temps réel les informations de mobilité, et des tweets en français et en anglais vont également permettre de donner les conseils de délestage.

Outre les réseaux sociaux, la bonne vieille méthode du "code couleur" a fait ses preuves : les diverses zones du circuit et les diverses aires de stationnement sont signalées en jaune, en vert ou en rouge, et, pour les spectateurs qui disposent déjà des tickets d'entrée, il est recommandé d'apposer les laisser-passer en évidence derrière le pare-brise, afin d'être orientés directement vers le bon itinéraire. De quoi, c'est à espérer, limiter les désagréments.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK