Explosion rue Léopold à Liège: 2 personnes et l'intercommunale d'incendie renvoyées devant le tribunal

14 personnes avaient trouvé la mort dans l'explosion
14 personnes avaient trouvé la mort dans l'explosion - © rtbf

La chambre du conseil de Liège a ordonné, mercredi, le renvoi devant le tribunal correctionnel de Liège du propriétaire de l'immeuble soufflé par le gaz, de l'agent responsable de la prévention à la ville de Liège et de l'intercommunale d'incendie  pour répondre des faits relatifs à l'explosion de la rue Léopold. C'était la nuit du 26 au 27 janvier 2010 à Liège. L'explosion avait causé la mort de 14 personnes.

Pas de suivi adéquat

L'explosion avait touché un immeuble dans lequel les services de prévention de la ville et les services d'incendie étaient intervenus peu de temps auparavant. La déflagration avait également soufflé l'immeuble voisin en parfait état celui-là.

Neuf personnes ainsi que la société RESA et l'intercommunale d'incendie étaient citées dans ce dossier. Trois se retrouveront donc devant le tribunal correctionnel.

La première personne est le propriétaire qui a loué des appartements dans un immeuble qui n'était pas en ordre. La seconde personne est l'agent responsable de la prévention à la ville de Liège, il avait noté la présence de gaz trois jours avant le drame et n'aurait pas assuré le suivi de ce rapport. Quant à l'intercommunale d'incendie informée également de l'alerte gaz du 23 janvier, elle n'aurait pas non plus assuré tout le suivi nécessaire et aurait tiré des conclusions prématurées.

Selon la chambre du conseil, il existe des charges suffisantes démontrant que ce drame aurait pu être évité si tout le monde avait fait le boulot nécessaire.  "L'existence d'un dommage était prévisible en raison des problèmes de type gazier détectés dans l'immeuble trois jours avant l'explosion", ajoute la chambre du conseil.

Les personnes et société renvoyées peuvent toujours faire appel.

Archives : Journal télévisé 27/01/2010

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK