Et si la fatigue n'était pas directement liée à notre temps de sommeil?

C'est en tout cas ce qu'affirment des chercheurs de l'Université de Liège dans une nouvelle étude. Ils se sont intéressés à notre horloge circadienne. Un mécanisme que nous connaissons peu et qui, pourtant, rythme nos vies.

Des chercheurs de l'ULg se sont penchés sur cette thématique. Et ils insistent: il faut que nous apprenions à respecter notre cycle naturel. Une donnée essentielle pour être bien reposé.

Nous en avons tous fait l'expérience: plus on est fatigué, moins on arrive à se concentrer. Alors en toute logique, pour être plus performant dans son travail ou plus vigilent sur la route, il suffirait de dormir plus.

Et bien ça n'est pas tout à fait vrai. Le professeur Pierre Maquet, l'un des auteurs de l'étude: "Vous avez aussi un cycle intrinsèque qu'on appelle l'horloge circadienne. Une horloge qui rythme nos vies, par périodes de 24 heures. On a des horloges dans le foie, dans le poumon, dans le rein, dans l'intestin, et elles sont toutes synchronisées par une petite horloge qui est dans notre cerveau et qui fait que l'ensemble de notre organisme est soit dans le mode éveil soit dans le mode sommeil".

Et contre cela, impossible de lutter. Mieux vaut faire de cette horloge une alliée: "Les trucs pour bien respecter son rythme intrinsèque, c'est de se réveiller spontanément. Après le réveil, s'exposer à la lumière du jour. A l'inverse, en soirée, essayer de tamiser les lumières et s'endormir quand le sommeil arrive spontanément".

Le plus dérangeant pour notre organisme: les rythmes changeants. Le travail à horaires irréguliers en premier lieu. Pourtant en Europe, près d'un tiers de la population serait contrainte à adopter ce rythme contre nature, à un moment ou à un autre de sa vie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK