Epicerie de Sart-lez-Spa : les problèmes sont résolus estime l'AFSCA

Jenny dans son épicerie
Jenny dans son épicerie - © RTBF - Philippe Collette

Jenny l'épicière de 81 ans peut continuer à servir ses clients. Depuis juin dernier, l'Agence pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire l'avait contrôlée plusieurs fois, notamment à la suite de dénonciations. Des denrées avaient été scellées et l'épicière menacée d'amendes. Jenny estimait que l'AFSCA s'acharnait. L'Agence, dans son communiqué du 27 janvier soulignait que "des manquements – graves - à la sécurité alimentaire avaient été constatés, sur lesquels l’AFSCA ne pouvait pas fermer les yeux."

"Au départ, c'était un contrôle normal. Et puis après, ils ont eu la plainte d'un client pour certaines choses, une date passée, des œufs de ferme qui n'étaient pas bons, un légume fripé dans le rayon des légumes. J'en oublie, c'est certain, j'ai une tête comme un seau" nous avait confié Jenny le 20 janvier dernier.

Dans un communiqué publié ce vendredi, l'AFSCA annonce que "La visite de recontrôle a eu lieu mardi, dans la sérénité, et l’AFSCA a pu constater sur place que toutes les non conformités majeures étaient résolues."

L'épicière avait déjà rencontré les agents de l'AFSCA le 27 janvier dernier : "(...) afin de discuter de la situation et de mettre en place des solutions pour assurer la sécurité alimentaire des consommateurs. Madame Malay a également été entendue sur la traçabilité des œufs. Le bourgmestre de Jalhay, Michel Fransolet, avait invité les deux parties à se rencontrer à la maison communale."

"J’ai ouvert mon commerce en 1960" commentait Jenny Maly en janvier dernier. "je suis donc dans ma 61ème année de tenancière et le plus ancien Delhaize de Belgique. Lorsque j’ai repris l’épicerie, peu de règles existaient, le régime TVA n'est d’ailleurs apparu que 11 ans après mon début d’activité. J’ai passé ma vie à servir mes clients en priorité et à respecter aux mieux les exigences de plus en plus pointues de la société actuelle. 

J’ai œuvré pendant 40 ans avant la création de l’AFSCA et, encore aujourd’hui,  j’éprouve des difficultés à corriger certaines de mes habitudes vieilles de 61 ans qui ne répondent plus aux exigences de maintenant. Avec l’évolution de la société, je comprends tout à fait que des règles soient mises en place et qu’un organisme veille à les faire respecter. "
 
"Après avoir passé en revue les différents manquements constatés lors du contrôle du 18 janvier, madame Malay s’est engagée à faire le nécessaire pour y remédier" commentait l'AFSCA. "Une relation de confiance s’est établie entre les parties et la visite de recontrôle prévue en février devrait le confirmer." C'est ce qui s'est passé et l'AFSCA "se félicite de cet épilogue positif car c’est, au final, le consommateur qui s’en trouve mieux protégé."

L'AFSCA précise qu'il n'a jamais été question de faire fermer l'épicerie de Sart-lez-Spa, mais de faire en sorte que les normes de sécurité alimentaires y soient respectées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK