Eoliennes: Engie teste un système de protection des chauves-souris

Eoliennes: Engie teste un système de protection des chauves-souris
Eoliennes: Engie teste un système de protection des chauves-souris - © DR

Engie vient d’installer un système de protection des chauves-souris sur une de ses éoliennes. Il s’agit d’un test qui a lieu dans le parc éolien de la commune de Modave, à Liège. Le principe: dissuader les chauves-souris d'aller à la rencontre des éoliennes grâce à des ultra-sons. 

Dans le parc éolien de Modave, une des cinq éoliennes se démarque des autres. À son sommet, on aperçoit cinq haut-parleurs à ultra-sons très puissants, un micro et des caméras infrarouges. Le but de ces toutes nouvelles installations: repousser les chauves-souris. Il s'agit d’un système déjà utilisé aux États-Unis, mais du tout premier test de ce genre en Europe.

Dégageant de la chaleur, les éoliennes attirent des insectes, mets de choix des chiroptères. Les parcs éoliens deviennent donc de véritables territoires de chasse pour ces derniers. Le risque d’incident est alors élevé: les chauves-souris peuvent se faire percuter par les pales des éoliennes ou se faire prendre dans des turbulences produites par les vents puissants. En plus d’être des espèces protégées, les chauves-souris se révèlent d'un grand intérêt biologique. Selon Loïc Biot, chef de projet du parc éolien de Modave, il convient donc de les préserver.

Le système de protection actuel, installé sur l’ensemble des parcs,  n’est pas adapté. Il prévoit un arrêt des éoliennes à titre préventif durant certaines périodes où les chauves-souris sont particulièrement actives. Cette solution n’est pas efficace: “Parfois nous arrêtons les éoliennes quand il n’y a pas de chauves-souris. Et parfois il y a des chauves-souris et le parc n’est pas arrêté”, explique Loïc Biot. Ce n’est pas idéal, tant au niveau de la protection des chauves-souris que de la production d’énergie verte. “L’objectif du nouveau système mis en place est donc de gérer l’arrêt des éoliennes d’une manière plus dynamique, et qui se base sur la présence réelle des chauves-souris” poursuit le chef de projet. 

La nouvelle installation repose sur deux systèmes: la détection des chiroptères par des caméras infrarouges et des micros, et leur effarouchement par des infra-sons. Ces infra-sons forment un bouclier sonore qui les repoussent. Le système se révèle ainsi à la fois positif pour la protection des chauves-souris, mais aussi pour la production d'énergie verte. Les éoliennes ne seront en effet mises à l'arrêt que si c'est réellement nécessaire, ce qui devraient augmenter la production.

Toujours en phase de test, le nouveau système de protection n’a pas encore fait ses preuves. En octobre, en fonction des résultats, Engie prendra la décision d'étendre, ou non, son système d'ultra-sons sur l’ensemble de ses éoliennes.

Archives : Journal télévisé 28/03/2019

Au Bélarus, les chauves-souris bénéficient d'une technique de protection un peu spéciale : elle passe l'hiver au frigo et sont relâchées au printemps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK