Enodia : l'administrateur ecolo Julien Vandeburie démissionne pour travailler chez RESA

Julien Vandeburie
Julien Vandeburie - © RTBF

Julien Vandeburie ne siégera bientôt plus au conseil d'administration d'Enodia, l'ex-Publifin. Il va devenir conseiller chez RESA, l'opérateur de Gaz et d'électricité, lui-même propriété d'Enodia. Les deux fonctions sont ne sont pas compatibles. L'administrateur ecolo vient donc de présenter sa démission au CA de l'intercommunale.

Un emploi à la direction tarif et régulation

Un an et demi après y avoir succédé à Marc Hody, Julien Vandeburie va quitter le conseil d'administration d'Enodia. "J'intègre les services de RESA à partir du premier juillet" nous explique l'administrateur ecolo. "Le décret wallon rend incompatible d'être à la fois administrateur de la maison-mère d'une filiale et employé de cette filiale. 

Je vais travailler pour la direction 'tarif et régulation'. On est venu me chercher. J'avais été repéré par le recrutement de RESA. Nous avons discuté de ce dont ils avaient besoin là-bas et de ce que je pouvais apporter à l'entreprise." Julien Vandeburie a été conseiller énergie-climat pour Inter-environnement. Il suit depuis une dizaine d'années pour Ecolo le secteur de l'énergie et l'évolution de sa législation. 

A-t-on voulu l'écarter du CA d'Enodia ?

Comme administrateur d'Enodia/Publifin, Julien Vandeburie a a exercé un pouvoir de contrôle et de critique sur les décisions de l'intercommunale et de ses filiales, ce qui l'a amené plusieurs fois à prendre position publiquement. Il a notamment dénoncé l'attitude de l'ex-présidente Muriel Targnion. RESA, filiale de la même intercommunale lui propose un emploi. Julien Vandeburie a-t-il l'impression qu'on veut l'écarter du CA d'Enodia, voire même qu'on veut l'acheter ?

"Pas du tout. J'ai toujours un travail aujourd'hui, pas du tout menacé. Je n'ai pas du tout l'impression d'être acheté. Ce que je vais faire est exactement dans mes compétences. On n'est plus du tout dans l'ancienne période de grande opacité. De toute façon, il y aura d'autres conseillers écolo pour me remplacer. 

Mais il faut se poser ce genre de question, naturellement. Quand j'ai vu ce qu'on me proposait, j'ai écarté cette possibilité-là. J'ai vu qu'on voulait que je vienne apporter mes compétences. Et puis toutes les discussions que j'ai eues à ce propos-là ont été 'normales' dans un processus de recrutement. C'était transparent, clair et limpide."

Et sa liberté de parole ?

Chez les verts liégeois, on n'y voit pas non plus malice, on ne croit pas à une manoeuvre ad hoc pour écarter un administrateur dont les questions et les prises de position publiques auraient pu déranger : "Chez Ecolo, on m'a félicité et on m'a dit que j'avais fait un bon travail pendant un an et demi au sein de ce conseil d'administration."

Est-ce que vous allez garder une liberté de parole ?

"Sur des sujets qui ne concernent pas mon employeur, bien sûr."

Le remplaçant ou la remplaçante de Julien Vandeburie sortira des rangs des conseillers provinciaux ecolos. Les discussions sont en cours. Un nom devrait sortir dans les deux semaines pour aller siéger au conseil d'administration d'Enodia. Notez que l'autre administratrice ecolo d'Enodia, Muriel Gerkens, va intégrer le conseil d'administration de Nethys.