Encore plus de paniers solidaires gratuits pour les étudiants en précarité : "Le but c’est clairement de les aider. Point barre"

C’est au tour de Salvatore Maniscalco de prendre part au mouvement des paniers solidaires. À la base simple citoyen ému par la situation précaire des étudiants, il a décidé de se constituer en collectif afin de leur venir en aide plus efficacement. Depuis maintenant deux mois, il travaille avec 8 hautes écoles de la province de Liège pour distribuer des colis alimentaires aux étudiants précarisés, chaque semaine. Dorénavant, tout est centralisé au Théâtre du Trocadéro, chaque jeudi de 11 à 14h.

Important travail d’organisation et de logistique, la quasi-totalité des marchandises provient de dons. Une initiative qui s’ancre donc dans un élan de solidarité auquel participent de nombreux secteurs, comme l’Horeca, qui même s’il est à l’arrêt souhaite venir en aide aux étudiants. Salvatore Maniscalco ajoute que les supermarchés sont d’un très grand soutien : “J’ai démarché des grandes surfaces qui ont accepté de mettre des caddies derrière les caisses. Les clients ont pu faire des dons et déposer des produits à destination des étudiants ; les magasins ont terminé de remplir les caddies pour nous. Le secteur participe donc fortement à l’endiguement de la précarité étudiante.

Effectivement, avec la pandémie, de nombreux jeunes se sont retrouvés dans une situation plus que précaire notamment à cause de la perte de leur job d’étudiant. Pour beaucoup, ces paniers sont d’un grand secours : “Ce n’est vraiment pas facile ce que l’on vit. On ne se soucie pas beaucoup de nous et donc voir que des actes solidaires comme celui-ci naisse, c’est d’un grand soutien” ; “J’ai perdu mon job à cause du Covid et ces paquets m’aident à tenir pendant une bonne semaine. C’est super parce qu’il y a vraiment de tout." témoignent deux étudiantes.

L’initiative rassemble aujourd’hui une petite équipe de bénévoles parmi lesquels on retrouve d’autres étudiants qui viennent parfois prêter main-forte pour aider leurs pairs plus précarisés. Et en plus, ils remplissent les sachets avec la volonté de faire plaisir : “On essaye d’équilibrer les sacs pour qu’il y ait un peu de tout comme des féculents ou même des œufs en chocolat ici vu que c’est Pâques”, indique Estéban. “Quand je mets des pâtes, j’essaie toujours d’ajouter une sauce en plus, ça fait plaisir parce que des pâtes blanches sans rien ce n’est pas hyper savoureux. On met aussi des boissons, comme de l’eau ou du Cécémel. Tous les aliments peuvent varier, on essaie vraiment de faire plaisir et de mettre des produits nobles. Et il n’y a pas que de la nourriture, il y a aussi des tampons et des serviettes hygiéniques pour les filles.” ajoute Loïc. Et Mathilde de compléter : “En fait on met vraiment de tout : savon, déodorant, papier toilette…”. La distribution propose également un self-service de fruits et légumes permettant aux étudiants de sélectionner ce qu’ils préfèrent.

2 images
Etudiants bénévoles (Mathilde, Estéban et Loïc). © Tous droits réservés

Des victimes de la pandémie qui en aident d’autres

Autant les dons de nombreux restaurateurs semblent révélateurs de la solidarité du mouvement ; autant l’association avec le Trocadéro et son théâtre est un véritable symbole, nous indique Salvatore Maniscalco : “On a des victimes des effets de la pandémie qui en aident d’autres. Par exemple, le Trocadéro, qui représente le monde de la culture, qui ouvre les portes de son théâtre pour venir en aide aux étudiants précarisés”. Michel Depas, directeur du théâtre s’ancre dans ce même chemin de pensée : “Pour nous, le Troca c’est le théâtre des Liégeois, on voulait aider les Liégeois. Ensuite, et pour nous c’est très important : il y a de la vie dans le théâtre. Ça fait 13 mois qu’il n’y a plus eu une personne. Un théâtre vide c’est le désespoir, alors accueillir des étudiants liégeois dans le besoin ça nous fait beaucoup de bien.”

Au travers de son ASBL No Comment, Salvatore Maniscalco souhaite faire perdurer ce soutien aux étudiants en précarité même après la pandémie. Il espère que d’autres villes prendront la même initiative. Son projet s’inscrit donc dans la lignée de toutes les autres initiatives de paniers solidaires pour étudiants qui existent déjà.

Précarité des étudiants: JT 19/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK