"A travail égal, salaire égal", la FGTB mène une action pour dénoncer le dumping social

La FGTB distribue des tracts ce vendredi matin sur des chantiers de construction et des parkings, pour distribuer sensibiliser les travailleurs à la problématique du dumping social (illustration).
La FGTB distribue des tracts ce vendredi matin sur des chantiers de construction et des parkings, pour distribuer sensibiliser les travailleurs à la problématique du dumping social (illustration). - © RTBF

Malgré l'accord conclu en octobre dernier par l'Europe sur la question des travailleurs détachés, le syndicat socialiste n'est pas convaincu. Il mène donc plusieurs actions ce vendredi matin un peu partout en Belgique : sur des chantiers de construction, sur des parkings, pour distribuer des tracts et sensibiliser ainsi les travailleurs à la problématique du dumping social.

"Si t’es pas content, on fait appel à des Polonais"

En région liégeoise, c'est le cas ce vendredi matin aux pompes à essence d'autoroute à Waremme et Villers-le-Bouillet, ainsi que sur le parking de l'aire de Tignée, à Barchon. Pour toucher les travailleurs qui font le plein avant de se rendre au travail et qui pourraient se faire vider les poches à cause du dumping social pratiqué dans le secteur du transport routier ou la maintenance. C'est là que se trouve Jean-François Ramquet. Il est secrétaire régional de la FGTB Liège-Huy-Waremme.

"A partir du moment où l’on peut payer jusqu’à trois fois moins des travailleurs étrangers, cela met une pression sur les salaires et les conditions salariales des travailleurs ici en Belgique. Puisque l’expression " Si t’es pas content, on fait appel à des Polonais ou des Tchèques ", on l’entend tout le temps sur les lieux de travail."

Un slogan qui rappelle le cri des femmes de la FN, il y a 50 ans

L’action "A travail égal, salaire égal" rappelle quelque part le combat des femmes de la FN il y a plus de 50 ans. Est-ce à dire qu’il y a un recyclage de slogan ? Ou qu’en un demi-siècle, rien n’a changé ; que, finalement, les travailleurs détachés sont un peu les femmes de la FN du XXIème siècle ?

"La comparaison est excellente, effectivement ! On a pu faire progresser les choses de manière significative pour le travail des femmes, grâce à la grève de la FN. Aujourd’hui, notre combat, c’est de défendre ces travailleurs étrangers car ils sont exploités ; et de défendre les travailleurs d’ici parce qu’il y a clairement une concurrence déloyale."

A noter que l’action de ce vendredi matin se limite à une distribution de tracts, à de la sensibilisation. Aucun blocage n'est signalé ce matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK