Du mouton mais aussi du boeuf pour la fête du sacrifice à Liège

Du mouton mais aussi du boeuf pour la fête du sacrifice à Liège
Du mouton mais aussi du boeuf pour la fête du sacrifice à Liège - © Belga (archive)

Ce lundi, les 35 à 40 000 musulmans de la Province de Liège vont célébrer l'Aid El Kebir, la fête du sacrifice. L'an dernier, plusieurs mosquées avaient appelé au boycott afin de protester contre le manque d'infrastructure pour les abattages rituels du mouton.

Car il faut le savoir, la Région wallonne a durci la législation: seuls les abattoirs fixes sont désormais autorisés à faire égorger ces animaux selon le rituel islamique, sans étourdissement préalable. Finies donc les installations provisoires type chapiteau, qui permettaient pourtant d'augmenter la capacité d'abattage et de satisfaire la demande. Ce sont ces nouvelles restrictions qui avaient provoqué la grogne des musulmans l'an dernier.

Cette année, la communauté musulmane a changé de stratégie. Et c'est le bœuf qui en fera les frais... L'union des mosquées de la Province de Liège a en effet trouvé un terrain d'entente avec les autorités liégeoises et a lancé un appel pour que les musulmans s'orientent plus massivement vers les bovins. Ce qui permettra ainsi de multiplier les lignes d'abattage et de pratiquer ce rituel, de lundi à mercredi, dans un plus grand nombre d'abattoirs: dans celui de Liège, mais aussi à Aywaille et Eupen par exemple.

Comme les autres années par contre, les musulmans qui désirent faire abattre un animal, mouton ou bœuf, dans le cadre de la fête du sacrifice, doivent faire une déclaration préalable auprès de leur administration communale, document qu'ils devront présenter à l'abattoir.

Autre règle inchangée, les personnes qui optent pour l'abattage à domicile doivent obligatoirement étourdir l'animal avant de l'égorger.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK