Aywaille : le toit de l'église de Dieupart menace de s'effondrer

L’église date du 12ème siècle. Son toit menace de s’effondrer. "J’ai vu un détachement de l’ordre de 40 centimètres et cela devenait très alarmant. Dès lors, j’ai averti les autorités communales compétentes à ce sujet", explique Luc Jonius, le trésorier fabrique d’église d’Aywaille.

Intervention du bureau Greisch

Au niveau de la stabilité, le bureau Greisch de Liège a étudié la problématique. Des mesures urgentes ont été prises comme le précise David De Wolf, ingérences stabilité, spécialiste du patrimoine : "Les ardoises, ça représente 50 kilos du mètre carré et donc quand tout un plan de toiture bouge, ce sont vraiment des tonnes. Donc, la première chose qu’on a voulu faire, c’est alléger au maximum pour éviter le risque d’effondrement".

Attentif à la sécurité

Les conditions météorologiques ne sont pas favorables pour les ouvriers. Il fait froid, il pleut et il y a du vent. Jean-Michel Widar, responsable de projets Groupe Liégeois explique : "Hier soir, quand j’ai vu le bulletin de prévisions de météo avec des vents qui étaient annoncés et les travailleurs en hauteur des grues et des nacelles, c’est vraiment compliqué pour ce type de travail. Ça m’inquiète pour la sécurité. Nous venons ici pour régler un problème et nous ne venons pas pour qu’une grue se couche sur l’édifice, très clairement".

Une charpente du 12e siècle

A l’intérieur également, le travail est important. "C’est une charpente qui date du 12ème siècle et qui aurait été construite avec des matériaux de récupération à l’époque. Donc, on envisage sur une boiserie d’un peu plus de 1000 ans", précise Jean-Michel Widar.

On va partager la facture

La fabrique d’église, la Région wallonne et la commune vont mettre la main au portefeuille. Thierry Carpentier, le bourgmestre d’Aywaille, explique : "L’église est propriété de la commune d’Aywaille. C’est un dossier qu’on mène avec l’agence wallonne du patrimoine puisque le bâtiment est classé. On espère dès lors un subside de 50% et également une participation financière de la fabrique d’église de Dieupart. Le montant total des travaux s’élève à un million d’euros pour la rénovation complète de la toiture".

La messe de minuit déplacée

La messe de Noël se déroulera ailleurs. Jean-Pierre Leroy, le doyen de l’Unité pastorale d’Aywaille-Sprimont, explique : "Je suis curé de 17 églises, donc c’est une église sur les 17. Donc, l’office de Noël aura lieu ailleurs. Il y aura surtout des offices vers 18 heures, 18 heures trente mais la messe de minuit aura lieu au centre d’Aywaille".

Il faudra plusieurs mois pour réaliser l’ensemble des travaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK