Devant la cour d'appel de Liège, des syndicalistes dénoncent un procès politique

Plusieurs centaines de militants syndicaux ont manifesté ce matin devant le palais des Princes-Evêques, siège de la cour d'appel de Liège. Une action de solidarité avec dix-sept membres de la FGTB, condamnés en première instance en novembre dernier pour "entrave méchante à la circulation".

C'est la suite correctionnelle du blocage du viaduc autoroutier de Cheratte, lors d'une grève générale, voici cinq ans. Le président de la FGTB Thierry Bodson, considéré comme organisateur du piquet, figure au nombre des personnes qui ont écopé d'un mois de prison avec sursis. Ce qui, depuis le début de l'affaire, fait dire à diverses associations de gauche qu'il s'agit d'une condamnation politique.

Une dénonciation qui a été répétée, ce mardi, devant les "399" participants au rassemblement. "399", juste en dessous de la jauge fatidique qui aurait imposé le respect de mesures sanitaires et de distanciation sociale. Pour l'avoir enfreint, récemment, lors d'une protestation publique contre la criminalisation des mouvements sociaux, d'autres syndicalistes ont récemment reçu de amendes pénales transactionnelles.

2 images
© Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK