Des "suppléments Covid" dans de nombreux salons de coiffure

Des "suppléments Covid" dans de nombreux salons de coiffure
2 images
Des "suppléments Covid" dans de nombreux salons de coiffure - © RTBF

Pour faire face à la crise sanitaire, certains coiffeurs ont augmenté leurs prix. L'achat de matériel désinfectant et de protection, cela a un coût. Un coût répercuté sur le client. Nombreux sont les coiffeurs qui pratiquent ce que l'on appelle un "supplément Covid".


►►► À lire aussi : Notre dossier coronavirus


Il fallait arriver à rentabiliser les frais

Dans ce salon, on est transparent. Les prix ont augmenté par service de 2 à 10 euros. Corinne Levêque, responsable du salon: "Au niveau des coupes brushing, nous pratiquions 35 euros et là, nous sommes passés à 39 euros". A l'origine de cette augmentation, le Covid: "Il fallait arriver à rentabiliser les frais dus aux masques que nous offrons aux clientes. Il y a aussi toutes les mesures avec le gel désinfectant, les scottex, et toutes les dispositions que nous avons prises".

Dans ce salon, la facture des masques s'élève déjà à 700 euros. Sans compter les semaines sans travailler. Alors en général, les clients sont compréhensifs: "Il y a moins de clients, donc il faut fatalement maintenir l'emploi et maintenir les commerces. Pour être en sécurité, je suis donc d'accord de payer le prix du Covid" confie cette cliente.

J'ai arrêté d'imputer les suppléments aux clients

Et puis il y a ceux qui ont appliqué un supplément Covid, et qui sont déjà revenus en arrière. C'est le cas de Fabrizio Rottier. D'après ses calculs, les frais sanitaires lui coûtaient 6 euros par personne. Alors il a imposé un supplément de 3 euros à sa clientèle, et prenait en charge l'autre moitié. Mais depuis quelques jours, le supplément est supprimé: "J'ai arrêté d'imputer les suppléments aux clients quand on a appris que le plan passerelle était prolongé. Ce plan passerelle nous sert uniquement à payer ce matériel" explique Fabrizio Rottier, le gérant.

Moi, je trouve normal de ne pas demander de supplément aux clients

Enfin, plus rares sont les coiffeurs qui n'imposent aucun supplément. Une façon de remercier leur clientèle. Laeticia Ganci, gérante du salon: "Moi je trouve que c'est tout à fait normal de ne pas devoir demander aux clients qu'ils contribuent. C'est vrai que ça coûte de l'argent, donc je trouve que oui, il faut investir. Maintenant, dire que c'est rentable, c'est à nous à faire en conséquence".

Quand la crise sera terminée, les suppléments disparaitront-ils? Rendez-vous dans le futur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK