Des sanglots lors de l'abattage du sapin qui va orner la Grand-Place de Bruxelles

Il lui aura fallu 27 ans pour grandir et seulement quelques minutes pour être coupé : le majestueux sapin de Noël qui trônera sur la Grand-Place de Bruxelles a été abattu ce mercredi matin à Waimes. Il s’agit de la première fois qu’il est offert par des particuliers et non par une commune. Un moment d’émotions pour les propriétaires de ce Nordmann de 18 mètres de haut. "C’est émouvant. Je me suis préparée, je ne voulais pas être là, mais finalement je suis contente de ne pas avoir raté ça", confie Brigitte Condat, qui a vu son sapin grandir durant près de 30 ans. "On s’attache quand même. Cet arbre, il a fait partie de notre vie !"

Le sapin était un cadeau de Noël

L’arbre possédait une symbolique toute particulière pour ses propriétaires. Ils l’avaient reçu comme cadeau à l’occasion du premier Noël de leur hôtel "La chaumière du lac". Depuis, le conifère s’épanouit sur leur propriété. Un pépiniériste l’avait d’ailleurs déjà remarqué il y a cinq ans, mais Brigitte et Didier Condat n’étaient pas prêts à l’abattre. "Maintenant, le sapin commence à fortement gêner et devenir un danger pour la terrasse de l’hôtel", explique le pépiniériste Pierre Demesmaeker. Il était présent au moment de coucher l’arbre et l’opération l’a véritablement touché : "Pour moi, c’est encore différent que pour un bûcheron. Lui, il coupe le bois pour faire des palettes ou du papier. Nous, en tant que pépiniéristes, on a toujours un peu mal au cœur… On voit ça presque comme nos enfants", explique-t-il le cœur serré. "D’un autre côté, tous les autres sapins qui ont le même âge que lui et qui ont été plantés en forêt, ils ont déjà été coupés. Ici, après sa mort, il va encore rester la vedette pendant quelques semaines sur la Grand-Place", où il arrivera jeudi en matinée.

Nous, en tant que pépiniéristes, on a toujours un peu mal au cœur… On voit ça presque comme nos enfants.

Et Geoffrey Campé, responsable de production Brussels Major Events, le confirme : "Il aura une symbolique d’autant plus importante et plus forte parce que c’est une des pièces maîtresses de Plaisirs d’hiver. Et cette année, ce sera une des seules. On a la chance d’avoir un sapin Nordmann avec une épine qui est superbe. Il est fourni de manière homogène de tous les côtés et il a une forme conique parfaite. Il a grandi dans un espace libre qui était idéal pour sa progression."

Le couple propriétaire du sapin compte lui rendre hommage de son côté. Ils ont demandé à conserver la souche de l’arbre qu’ils feront sculpter à la tronçonneuse. De quoi garder un souvenir pendant quelques années encore.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK