Des oiseaux migrateurs perdus à cause des vents violents

Des oiseaux migrateurs perdus à cause des vents violents
12 images
Des oiseaux migrateurs perdus à cause des vents violents - © Tous droits réservés

Aux abords des étangs communaux de Stavelot et d'un bois à Montzen, vous pourrez croiser des oiseaux migrateurs égarés bien loin de leurs contrées.  Ce sont les vents violents qui ont, sans doute, perturbé la trajectoire de ces oiseaux. Arrêt en images sur la Macreuse brune et le Robin à flancs roux.

Une macreuse brune à Stavelot

Aux abords des étangs communaux de Stavelot, depuis quelques jours, une macreuse brune a fait son apparition.  Il s'agit d'un canard nordique que l'on observe en hiver le long des côtes.  C'est un mâle adulte de couleur noire caractérisé notamment par son bec orange et une tache blanche en dessous de l'oeil qui attire les curieux. "On n'en voit pas souvent étant donné qu'elles restent une journée ou une partie de journée. Ici, celle-ci, comme elle reste quelques jours, c'est agréable", explique Pierre Sart, un photographe amateur.

La macreuse a l'air de bien se plaire dans cet étang où des poissons se trouvent en abondance. "Dans cet étang, il y a des petits et des gros poissons. Les gros poissons, les brochets, mangent les petits.  Ça attire aussi les canards.  Il y en a un aujourd'hui qui est tout noir avec un bec orange que je n'avais jamais vu.  C'est assez sympa de découvrir des nouvelles espèces", dit Romain Angiulli, un pêcheur.

Un robin à flancs roux à Montzen

Aux  abords d'un bois à Montzen, ce sont des passionnés d'oiseaux et de nature qui sont à la recherche d'un oiseau migrateur égaré. Il s'agit d'un robin à flancs roux. "C'est super de voir un oiseau comme ça que je ne pensais pas du tout pouvoir voir un jour.  C'est une superbe excitation.  C'est un oiseau qui n'est pas farouche mais il faut quand-même essayer de ne pas faire trop de bruit, pas de mouvements brusques.  Comme il a l'air d'être tout à fait sympathique, on peut quand-même approcher relativement près de lui", explique Jean-Marie Poncelet, un photographe amateur.

Le Rougegorge n'apprécie pas la présence du Robin à flancs roux

Un rouge gorge n'apprécie pas la présence de cet oiseau migrateur.  Didier Rabosée, photographe amateur, explique: "Le Rougegorge est un oiseau très territorial.  Ici, il y a deux oiseaux sur le même territoire et le rougegorge le chasse pour rester maître chez lui.  C'est notre allié car grâce à ça, le robin à flancs roux se déplace et les ornithologues peuvent l'observer, autrement, il resterait immobile".

Pour Natagora, c'est une situation exceptionnelle

Dans les bureaux de Natagora, à Namur, l'ornithologue et directeur du Département Etudes, Jean-Yves Paquet, souligne le fait exceptionnel de voir cet oiseau chez nous: "C'est vraiment un oiseau extrêmement rare chez nous.  Ça s'explique parce que, son aire de répartition là où il se reproduit, c'est entre l'est de la Finlande et l'est de la Russie et puis il va passer l'hiver dans le sud-est asiatique de la Birmanie au Japon. Et donc, on est tout à fait hors de ses voies normales de migration.  Ce qui s'est sans doute passé, c'est que, en octobre lors de sa migration, il a été détourné par, par exemple un vent d'est assez fort qui l'a amené dans nos régions, mais malheureusement, ses chances de passer l'hiver chez nous sont extrêmement faibles vu que les conditions ne correspondent pas du tout à son aire d'hivernage classique".

Le  site Observations.be recense la présence de différentes espèces.  N'hésitez pas à le consulter et pourquoi pas vous rendre sur place pour prendre quelques clichés, sur la pointe des pieds, sans faire de bruit. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK