Des migrants ont trouvé refuge au stade de Waremme

En journée, peu de trace de la présence des migrants. C'est pourtant dans cette tribune qu'ils dorment
En journée, peu de trace de la présence des migrants. C'est pourtant dans cette tribune qu'ils dorment - © RTBF - Olivier Thunus

Des migrants, principalement venus d’Afrique de l’Est, ont trouvé refuge depuis quelque temps au stade de football de Waremme. Ils y logent dans les tribunes, avec l’accord des autorités communales, et des citoyens les aident pour divers besoins.

Dans la tribune du stade de Waremme, quelques vêtements posés sur le sol. C’est la seule trace de la présence de ces migrants. A quelques mètres du stade, une fumée à l’arrière d’un bâtiment. Ils sont une vingtaine à préparer un repas ou jouer aux cartes. Avec un regard un peu craintif lorsqu’un inconnu approche, mais pourtant un bonjour pas trop timide.

Deux dames membres d’un groupe citoyen appelé "Le Relais" sont aussi présentes. Ce groupe vient en aide aux migrants.

Tous les soirs, ils ont accès aux locaux pour pouvoir se reposer, se laver, recharger leur téléphone, cuisiner aussi parce qu’en général ce sont eux qui cuisinent. Nous, on fonctionne uniquement avec des dons alimentaires et de vêtements. On a aussi des lavandières qui récupèrent le linge et qui font les lessives. On a aussi un service qui leur permet le week-end d’aller en famille. Nous accueillons une quarantaine de personnes tous les jours, principalement des Erythréens et des Ethiopiens ", détaille Sabine, une des bénévoles.

Une jeune érythréenne s’approche. Elle confirme que son objectif est de rejoindre l’Angleterre. Elle est arrivée à Waremme en passant par la Libye puis l’Italie. Quant au choix de l’Angleterre, c’est pour ne pas être renvoyée en Italie, pays par lequel elle est entrée dans l’Union européenne, explique-t-elle.

Waremme s’est déclaré ville hospitalière. Les autorités communales ont donc rapidement accepté l’occupation de la tribune du stade et des sanitaires en dehors des jours de matches.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK