Des harcèlements en série, à l'institut Saint-Luc de Liège ?

Un climat social compliqué à l'école supérieure des arts de Liège
Un climat social compliqué à l'école supérieure des arts de Liège - © Michel Gretry

Une assemblée générale extraordinaire de l'association qui gère l'institut Saint-Luc doit se tenir ce mardi: le conseil d'administration est prié de s'expliquer sur une série de départs parmi les travailleurs, une demi-douzaine peut-être au cours des derniers mois. Ils ont été officiellement présentés des réorientations de carrières à la suite d'opportunités professionnelles qui se seraient présentées. Mais du harcèlement moral pourrait en être la cause principale. C'est du moins le fort soupçon au sein du personnel. Dans un cas, au moins, c'est même parfaitement clair: la directrice adjointe a quitté son poste, peu après le dépôt d'une plainte. Après un début de médiation puis une négociation financière, elle a été "dégagée" en novembre. A l'époque, de nombreux professeurs ont signé une pétition de soutien. En vain. Les demandes d'éclaircissements sur les circonstances de cette affaire sont restées sans suite. 

L'institut Saint-Luc, c'est une école supérieure des arts visuels. Elle compte un millier d'élèves, et cent vingt enseignants. C'est un fleuron du réseau catholique. Le pouvoir organisateur semble confronté à un climat social délétère, d'autant que, selon nos informations, la directrice générale vient d'enchaîner plusieurs semaines d'absences pour maladie. Les tensions internes semblent difficiles à apaiser...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK