Des copropriétaires qui s'opposent à du photovoltaïque sur le toit d'un immeuble par souci esthétique, c'est abusif !

C’est en tout cas l’opinion du juge de paix du canton de Grâce-Hollogne, en région liégeoise, opinion épinglée par le Syndicat National des Propriétaires.

Ce n’est pas toujours évident de mettre d’accord tous les copropriétaires d’un immeuble à appartements. En cas de litige sur une décision irrégulière ou frauduleuse, la justice peut intervenir. Elle vient d’être saisie par une dame qui, depuis plusieurs années, tente d’installer des panneaux sur la portion de toiture au-dessus de la partie qu’elle occupe, à l’arrière de l’édifice. En assemblée générale, elle a systématiquement essuyé des refus, parce que l’uniformité de la couverture du bâtiment serait rompue. Selon le magistrat qui a eu à connaître de ce dossier, "il est hautement abusif, dans le contexte actuel de réchauffement climatique, de mettre des obstacles à l’énergie verte pour de seules raisons esthétiques". D’où une annulation, qui constitue une manière de privilégier l’intérêt de la collectivité, et pas de quelques-uns. Une annulation, pas une "réformation".

En effet, la dame n’a pas encore gain de cause : elle doit à présent soumettre une nouvelle fois sa demande aux copropriétaires. Qui pourraient invoquer d’autres motifs, les éventuels problèmes d’infiltration, les risques de chute. A moins que ce jugement ne suffise à restaurer les relations de voisinage…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK