Des convergences, pour l'après-1er mai liégeois ?

Hupkens-Hedebouw: un pacte de non-agression ?
Hupkens-Hedebouw: un pacte de non-agression ? - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

L'agression au couteau contre le député Hedebouw a légèrement éclipsé le contenu de son discours, place Saint-Paul. Ce qu'il a dit et ce qu'il n'a pas dit méritent d'être analysé.

Il n'a pas une seule fois prononcé le mot "Publifin". Il n'a pas parlé du Parti Socialiste, qui a pourtant souvent constitué une de ses cibles favorites. Tous les exemples qu'il a mentionnés pour clamer la nécessité de l'émergence d'une nouvelle gauche, il les a choisis dans le camp libéral: Daniel Bacquelaine et ses mesures contre les pensionnés, Karel De Gucht et ses consultances sidérurgiques grassement payées, Maggie De Block et ses décisions en matière de maladies de longues durées, Didier Reynders et Armand De Decker et les connexions kazakhes. Du bleu, rien que du bleu, proposé à la vindicte des pétébistes.

Juste quelques minutes auparavant, le nouveau président d'arrondissement du PS, l'échevin Hupkens, a appelé ses affiliés, rassemblés au kiosque d'Avroy, à rejoindre la place Saint-Paul, pour "mêler leur enthousiasme aux enthousiasmes d'autres militants, parce que l'engagement politique peut prendre diverses formes". Et d'espérer que de ces embrassades et ces poignées de mains concourent à un monde meilleur. Un ton qui tranche avec les propos tenus, ailleurs, par l'un ou l'autre ministre wallon.

Des paroles modérées, de part et d'autre, qui ressemblent, sinon à un virage stratégique, du moins à une inflexion tactique dans la façon dont les deux gauches se perçoivent. Personne ne parle de rapprochements. Mais ces ouvertures en constituent peut-être des prémisses. Préfigurent-elles des majorités progressistes, lors des élections communales de l'année prochaine ? Elles devraient être mathématiquement envisageables dans plusieurs localités de l'agglomération liégeoise. Depuis ce lundi, elles ont peut-être commencé à devenir politiquement possibles...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK