Des "consultantes en lactation" pour encourager l'allaitement maternel

Des "consultantes en lactation" pour encourager l'allaitement maternel
2 images
Des "consultantes en lactation" pour encourager l'allaitement maternel - © RTBF

Il diminuerait le risque de maladie ou même de mort subite du nourrisson : le lait maternel serait le meilleur choix pour nourrir un nouveau-né. C’est en tout cas l’option que préconise l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette semaine, l’allaitement maternel est d’ailleurs mis à l’honneur en Belgique francophone.

En Province de Liège le CHC, le Centre hospitalier chrétien, essaie d’encourager la pratique chez ses patientes. Christine Valée est " consultante en lactation ". Cette sage-femme circule de chambre en chambre et distille ses conseils. Aurélie et Jérémy, parents d’une petite Clémence depuis même pas deux jours l’attendent de pied ferme, une liste de questions à la main.

Consultante en lactation

Pour Aurélie, les premières tentatives d’allaitement n’ont pas été une franche réussite, " c’était vraiment très douloureux ", explique la jeune mère. Sur les conseils de Christine Valée, elle a donc décidé d’abandonner l’idée de donner le sein à sa fille. Mais pas question de la priver du lait maternel : " je vais tirer mon lait et le lui donner dans un biberon ". La conseillère acquiesce : " c’est une bonne alternative ".

Voilà pour la solution, reste la mise en pratique. " Il faudra tirer votre lait le soir avant de dormir vers 22 ou 23 heures, la nuit quand le bébé se réveille, puis entre cinq et sept heures. C’est pendant la nuit que vous produisez le plus de prolactines ".

Le couple suit attentivement les explications de la conseillère. " On débarque complètement, on n’y connaît rien ", estime Aurélie, qui se sent à présent " rassurée ".

8 femmes sur 10 font le choix du lait maternel

Car allaiter ou donner son lait maternel au biberon, ne serait en fait pas aussi intuitif qu’il y paraît. " Ça s’apprend ", confirme Christine Valée. " On a l’habitude de voir sur les peintures ou dans les églises des mères qui tiennent leurs bébés tout droit. En fait, ça n’est pas du tout comme ça qu’il faut faire. Il faut réapprendre la base. "

Christine Valée croit en son travail, elle fait de son mieux pour encourager les parents qui font le choix du lait maternel. " C’est une source de bien être et pour la maman et pour le bébé. Chez la mère, cela limite les risques de cancer au niveau des ovaires et des seins en période de périménopause. Cela diminue aussi les risques d’ostéoporose quand elle sera plus âgée. Chez le bébé, cela prévient certaines pathologies et notamment le risque de mort subite. Il y a d’autres facteurs, mais l’allaitement rentre en compte ".

Huit femmes sur dix, qui accouchent à la clinique Saint-Vincent de Rocourt, font le choix du lait maternel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première