Démolitions à Pepinster : les sinistrés au milieu de la polémique entre assurances et commune

A Pepinster, commune fortement touchée par les inondations, c’est une sorte de bras de fer qui se joue en ce moment entre les autorités communales, les compagnies d’assurances, les experts et contre experts, avec au milieu, les sinistrés. Ils ne savent pas encore si leur maison sera démolie ou restaurée. Des sinistrés qui veulent surtout obtenir la meilleure indemnisation possible.

Pour eux, c’est toujours le flou total.

3 images
Les sinistrés se seraient bien passés de ce bras de fer entre assurance et commune © P Collette

Une importante différence dans le montant de l’indemnisation

L’intérieur de la pharmacie Leleux n’existe plus et un camion poussé par les flots a endommagé la façade. Se pose aujourd’hui l’épineuse question : démolir ou restaurer le bâtiment.

La pharmacie se trouve sur la liste des quelque 50 immeubles à démolir, dressée par le Bourgmestre sur base des expertises. Mais la compagnie d’assurances de la pharmacie conteste la démolition. Sa politique, nous dit-elle : pas trop vite pour démolir, d’abord les analyses techniques. La pharmacie a d’ailleurs aussi mandaté son propre expert et l’avis est identique.

Anne Leleux, la pharmacienne: "L’expert nous a confirmé la stabilité de la maison, il préconise plutôt une réparation. L’assurance a été claire, elle ne remboursera que la réparation et rien d’autre. Pas la démolition, pas la reconstruction. On a quand même des crédits assez importants à rembourser. On ne sait pas si avec la somme on saura rembourser et continuer notre activité".

Une démolition forcée, le plus mauvais des scénarios

Comme tout Bourgmestre, Philippe Godin a le pouvoir de faire démolir un immeuble pour raison de sécurité.
Son arrêté n’a pas encore été pris mais quand il le sera, les propriétaires auront éventuellement le droit de réclamer, en urgence, sa suspension par le Conseil d’État. Une action au civil est également possible mais le dossier juridique est plus délicat.
En attendant, Anne Leleux constate "pour le moment c’est confus !". Quant aux immeubles qui comme cette pharmacie sont frappés d’inaccessibilité, ils se dégradent dans l’humidité au fil des jours puisque personne ne peut y pénétrer.
 

3 images
Des immeubles à démolir ou non, c’est au cas par cas © P Collette RTBF

Reportage dans 13h de ce mardi :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK