Démolition de la maison Rigo à Liège: pas avant octobre

La maison Rigo contraste avec la tour des finances en arrière-plan
6 images
La maison Rigo contraste avec la tour des finances en arrière-plan - © Google street view

L'appel d'offres pour trouver la société qui démolira la maison Rigo a été publié. Les entreprises doivent y répondre pour le 29 de ce mois. Mais ce n'est en principe pas avant octobre que l'intercommunale Ecetia, qui en est le propriétaire, choisira le démolisseur. Les associations qui défendent le patrimoine liégeois comptent sur ce délai pour sauver la maison Rigo.

Cet immeuble de style Renaissance mosane se trouve entre la nouvelle passerelle et la tour des finances. Il date de 1916, mais est en partie constitué d'éléments décoratifs liégeois beaucoup plus anciens sauvés à l'époque dans des chantiers de démolition. La maison Rigo, qui offre au passant un aspect liégeois ancien, doit être détruite pour dégager la perspective vers la tour des finances et la gare Calatrava.

L'arrêt du Conseil d'Etat attendu avant la démolition

Les défenseurs du patrimoine ont d'introduit un recours au Conseil d'Etat contre cette destruction. Leur avocat, Alain Lebrun, espère obtenir un arrêt favorable à leur cause avant que la démolition ne commence : "Ils procéderont normalement à l'attribution du marché au mois d'octobre. Et à ce moment-là, ils devront passer un contrat pour voir dans quel délai la démolition - qu'ils souhaitent et à laquelle nous nous opposons vivement - pourrait avoir lieu. Ce qui nous donne la possibilité, je pense, de voir un arrêt du conseil d'état intervenir avant toute velléité de démolition".

Dans le cahier des charges soumis aux démolisseurs, un chapitre reprend une liste d'éléments précieux qui ne devront pas être cassés, mais démontés. On y retrouve des sculptures, des boiseries et des pierres de cheminée, des portes et des carrelages de Delft. "C'est très insuffisant" explique Alain Lebrun "On constate qu'il y a quand même de très beaux éléments qui vont être détruits. La cage d'escalier, les garde-corps en fer forgé, les vitraux armoriés, des éléments de cheminée, des lambris, les parquets, tout ça aurait mérité de connaître un autre sort."

Si la démolition de la maison Rigo devait commencer avant l'arrêt du Conseil d'Etat, les associations de défense entameraient une procédure en extrême urgence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK