Demande de permis à l'automne pour le centre commercial Roua 2 à Hognoul

L'espace retail dans le nouveau projet d'extension du Roua
3 images
L'espace retail dans le nouveau projet d'extension du Roua - © Aupa et SML Group

Le centre commercial Roua à (Hognoul) Awans pourrait s'étendre dans les années à venir de 40 à 45.000 mètres carrés de surfaces commerciales diverses et d'un vaste espace (30.000 mètres carrés) destiné à des concessions automobiles. Le groupe immobilier BMB (Benelux Master Builders) de Christian Binet vient en effet de présenter ce projet d'investissement de 70 à 80 millions d'euros, susceptibles de créer 750 emplois. Un projet pour lequel une demande de permis sera introduite au l'automne auprès de la Région wallonne.

Le projet prévoit de développer un pôle automobile le long de l’autoroute, de refaire un pôle lié à la construction et au jardinage lié aux magasins existants, et de faire une extension du Roua 1, qu’on appellera le Roua 2. On parle ici de 40 à 45 000 m² de retail supplémentaires. Il s’agit à chaque fois de surfaces de plus de 800 m² par enseigne commerciale. On parle ici d’un chantier de deux ans ", détaille Andy Fank, l'architecte en charge du projet.

Si la procédure de permis ne rencontre pas d'obstacle, les travaux pourraient débuter fin 2019 mais les relations entre l'investisseur et le Collège communal d'Awans étant très mauvaises, le dossier pourrait connaître des retards. C'est toutefois la Région wallonne qui prendra la décision finale sur la demande de permis.

Conseil d’Etat

Les rapports entre certains membres du Collège communal et le promoteur sont d’ailleurs à ce point mauvais que le R.U.E., le rapport urbanistique et environnemental, de la commune d'Awans va faire l'objet d'un recours en annulation au Conseil d'Etat. Le recours sera déposé en juin par le groupe immobilier BMB. Ce document modifie en effet l'affectation de certaines zones au plan de secteur, des zones sur lesquelles Christian Binet souhaite construire l'extension du centre commercial Roua. Mais ce n'est pas la seule raison que celui-ci avance : " Nous l’attaquons pour plusieurs raisons dont des faux en écriture, des faux au Collège communal et des erreurs administratives à n’en pas finir. Il existe un plan de secteur qui est le sommet de la pyramide des droits de l’urbanisme en Région wallonne. Or la commune impose le R.U.E. comme s’il était supérieur à un plan de secteur. Dans ce R.U.E., il y a des tracés de route qui sont incomplets et il saccage à peu près quatre hectares de terrains situés en zone d’activité économique mixte, une affectation qu’il supprimé pour devenir une autre zone en plein milieu de divers centres commerciaux. Je n’ai jamais vu ailleurs 40 000 m² voués à de la jachère, en zone commerciale, plutôt qu’être utilisés pour du commerce ou du parking ", s’insurge le promoteur.

La décision du Conseil d'Etat pourrait prendre jusqu'à trois ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK