Déconfinement: les consultations reprennent progressivement dans les hôpitaux

Déconfinement: les consultations reprennent progressivement dans les hôpitaux
2 images
Déconfinement: les consultations reprennent progressivement dans les hôpitaux - © RTBF

Chez les généralistes, dans les hôpitaux, les consultations peuvent reprendre dès ce lundi. Beaucoup de malades ne se sont pas fait suivre pendant le confinement. A tort. Les spécialistes craignent de voir arriver des personnes en mauvais état. Ce sont d'ailleurs les cas les plus urgents qui avaient été convoqués ce matin. Exemple au CHR de la Citadelle à Liège.

Un premier pas vers un retour à la normale

Depuis ce matin, les patients sont donc de retour dans cet hôpital pour des raisons diverses: "Je viens pour donner du plasma" explique cet homme. "Je suis un traitement d'immunothérapie. Je viens toutes les trois semaines, donc pas beaucoup de changement pour moi, sauf qu'il faut faire la file maintenant" poursuit une autre patiente. "Moi, je viens rechercher du matériel pour mon diabète. J'avais des rendez-vous pour la gestion du diabète. En général, je prends mon matériel à ce moment-là, mais ici je n'ai pas pu, donc je reviens".

Des conditions d'accès précises

Car les conditions d'accès à l'hôpital sont très précises. Seuls les patients convoqués peuvent se présenter et passer par un tri. Arnaud Keydener, volontaire: "Il y a un tri de plusieurs allées pour permettre de mieux filtrer les patients et éviter des files trop nombreuses. Ensuite, on leur demande de bien se désinfecter les mains, et on leur donne un nouveau masque. Les personnes qui portent des gants sont invitées à les jeter à la poubelle. On privilégie le gel désinfectant pour les mains".

Un tiers des consultations habituelles

Ces mesures permettent à l'hôpital de redémarrer tout doucement avec un tiers des consultations normales. Sylviane Portugaels, directeur général du CHR: "Nous avions 50.000 consultations que nous avons dû annuler. Aujourd'hui, nous réalisons une reprise avec plus ou moins 700 consultations. Cela représente un tiers des consultations normales d'un lundi sans covid".

Des patients attendent parfois trop longtemps avant de venir

Parmi les patients reçus, certains qui avaient interrompu leur traitement. Un comportement dangereux que regrette le corps médical. Dr Pierre Troisfontaines, chef du service de cardiologie: "Malheureusement, c'est une réalité dans la plupart des hôpitaux et des pays européens: on constate que des personnes ont attendu avant de venir de peur, en autres, de se trouver en contact potentiel avec des patients covid, alors que les circuits sont séparés. Et donc oui, il y a des patients malheureusement qui attendent, et qui attendent parfois trop longtemps".