De zéro à deux parlementaires : les verts hutois prennent une autre dimension

Ils sont deux, pas vraiment jumeaux, mais presque. Ils présentent des profils très proches. Ils ont covoituré ce lundi, pour se rendre dans la capitale au bureau du parti. C’est la génération des baby-javeaux.

Samuel Cogolati, trente ans, juriste, spécialiste du droit international, chercheur à l’université catholique de Leuven, engagé en politique depuis l’adolescence, conseiller communal hutois réélu en octobre dernier, décroche un mandat au parlement fédéral.

Rodrigue Demeuse, légèrement plus jeune, vingt-six ans, avocat, assistant universitaire à Namur, a déjà passé une dizaine d’années à militer chez les verts et devient député wallon.

Ils proviennent d’un endroit où l’écologie prend un relief particulier : la centrale de Tihange est omniprésente dans le paysage. Certes, la sortie du nucléaire est programmée, et elle a été confirmée par le gouvernement sortant. Mais les nationalistes flamands d’une part, les fédérations patronales d’autre part souhaitent jouer les prolongations. Et l’autorité de contrôle a récemment admis qu’elle se prépare à cette hypothèse. Si le dossier doit être rouvert, nul doute que les deux compères vont s’en saisir, pour s’assurer que l’arrondissement devienne un modèle de transition énergétique, dans l’éolien et le solaire.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK