Dans les Fourons, la truite comme alternative locale au traditionnel saumon fumé

Truite et saumon se ressemblent à s'y méprendre
2 images
Truite et saumon se ressemblent à s'y méprendre - © RTBF

Qu'allez-vous proposer à vos invités le soir du réveillon de Nouvel an ? Les traditionnels toasts au saumon fumé ? Saviez-vous que ces saumons nous viennent en général de Norvège, du Danemark ou encore d’Ecosse. A Fouron-Saint-Pierre, dans le Limbourg, la pisciculture de la Commanderie 7 propose une alternative locale pour les fêtes.

Un produit local et artisanal

Un cadre idyllique, au pied d’un château du XVIIème siècle. Plusieurs bassins alimentés par la source de la Voer. C’est ici que sont produites et transformées les truites de la Commanderie 7.

En cette période de fêtes de fin d’année, la petite boutique de vente directe du domaine est plutôt animée. Ce que recherchent les clients ? De l’artisanal, du local. "On va faire découvrir les produits locaux à nos amis français", confirme un père de famille, venu acheter de quoi égayer sa table du réveillon de Nouvel an.

Locales, les truites vendues ici le sont bien. Les poissons sont élevés à deux pas de la boutique, dans les bassins du parc. Ils sont ensuite en grande partie transformés sur place. Du bassin à l’assiette, il faudra entre un et trois ans.

Pour les fêtes de fin d’années, deux produits occupent une place de choix dans la vitrine : la mousse de truite et la truite fumée à froid. " On prend des filets de grosses truites arc-en-ciel. On les fume à basse température, à 25 degrés maximum. C’est exactement le même processus que le saumon fumé ", explique Vincent Baltus.

Berner ses convives un soir de fête

La truite fait partie de la grande famille des salmonidés, comme le saumon. Gustativement, il parait que les deux cousins se ressemblent à s’y méprendre. " Le saumon a l’avantage d’avoir cet iode et cette puissance de mer que le saumon n’a pas ", reconnaît Vincent Baltus. Puis, il complète : " d’un autre côté, on arrive à faire un produit plus fin, plus délicat et plus subtile. " La truite fumée serait aussi bien moins grasse que le saumon. En tout cas, à en croire l'expérience des gérants de la pisciculture, il est plutôt aisé de berner ses convives, de faire passer de la truite pour du saumon.

A Fouron-Saint-Pierre, " La nourriture des poissons est biologique ", se félicite Vincent Baltus. La production se veut artisanale est respectueuse de l’environnement. Loin des pratiques intensives de certains élevages du Nord de l’Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK