Crise politique à Verviers : les militants socialistes s'adressent directement à Paul Magnette

Les militants socialistes parlent de dédain de la part de la hiérarchie du parti.
2 images
Les militants socialistes parlent de dédain de la part de la hiérarchie du parti. - © RTBF

"Pourquoi ce dédain vis-à-vis des instances locales ? Les intérêts du Parti national pèseraient-ils bien plus lourd que ceux de Verviers et des communes voisines ?"

Ces questions, une partie des militants socialistes de l’arrondissement de Verviers viennent de les poser dans une carte blanche adressée directement à Paul Magnette, le Président du Parti socialiste mais aussi aux "tuteurs" désignés pour superviser la Fédération verviétoise du Parti socialiste et sa section locale c’est-à-dire Marie Claire Lambert, Christophe Collignon et André Frédéric.

Un quatrième "tuteur" Marc Goblet, député fédéral et ancien président de la FGTB, a récemment décidé de démissionner de cette fonction de "belle-mère". Il propose de remettre les 13 élus socialistes verviétois autour de la table pour tenter. Cette proposition, la trentaine de militants et d’élus socialistes qui signent ce courrier souhaite aussi la voir appliquer. "Elle est sage, raisonnable et constructive", écrivent-ils.

Une procédure qui pose question

Les signataires de la carte blanche ne se prononcent pas sur le fond mais ils critiquent la procédure qui a conduit à l’exclusion de Muriel Targnion du PS : "c’est la commission de vigilance du Parti qui a pris la décision or c’est une instance de recours". Critique également face au processus qui permettrait à Jean François Istasse (7e score sur la liste) de devenir bourgmestre : " aujourd’hui, un système scabreux est mis en place, sans consulter les militants et, pire encore, en niant le vote des citoyens verviétois. Ces manœuvres pour écarter une femme politique du mayorat et pour y replacer un soldat plus docile créent la pénible impression que les intérêts du Parti national pèsent bien plus lourd que ceux de Verviers et des communes voisines", déclarent-ils.

Ces affiliés au PS veulent que les militants soient consultés. Il y va de l’avenir du PS à Verviers mais également dans tout l’arrondissement :

"Au vu des enjeux capitaux qu’une telle prise de position peut entraîner dans tout l’arrondissement, nous nous permettons d’insister pour qu’il soit donné suite à la proposition émanant d’un militant syndical, ancien président national de la FGTB et fidèle socialiste de permettre à chacun.e de s’exprimer pour que le sort du Parti socialiste dans l’arrondissement de Verviers reste entre les mains de ses militant.es", concluent-ils.

Une trentaine de militants et mandataires signent donc cette carte blanche parmi lesquels Marc Goblet mais aussi l’ancien ministre Yvan Ylieff et des responsables socialistes au-delà de Verviers puisqu’on retrouve des conseillers et affiliés de Herve, Pepinster, Baelen, Welkenraedt, Dison, Lierneux, Limbourg ou encore Stavelot.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK