Crash d'un ULM le long de la E40 à Landen: pourquoi volait-il si bas ?

Deux miraculés. Les passagers de l’ULM qui s’est crashé ce mercredi à Landen sur la E40 vers Liège sont deux miraculés. Le pilote s’en sort avec une vertèbre cassée et sera opéré ce jeudi dans la journée. Son passager devrait sortir prochainement de l’hôpital Gasthuisberg de Leuven. Si les deux individus s’en sortent bien, une question demeure : pourquoi ce petit avion de tourisme volait si bas ?

Nous avons posé la question à Thierry Lievens, formateur à l’aérodrome du Laboru à Theux. "Je pense qu’il a dû avoir soit un souci moteur, ou qu’il a voulu justement effectuer un exercice de panne moteur et étant assez bas, peut-être qu’il aurait percuté un poteau d’éclairage par inadvertance". Car les exercices de panne moteur sont fréquents. Les formateurs en font souvent. Thierry en fait même un par semaine. "A chaque fois que je vois un élève et qu’il a besoin de renouveler sa qualification, nous nous entraînons à ce genre d’éventualité. Evidemment, nous n’allons pas couper le moteur, mais nous réduisons la puissance au grand ralenti et nous effectuons toutes les actions nécessaires pour gérer au mieux une panne moteur".

Mais est-ce bien une panne moteur qui est à l’origine de cet accident ? Il est trop tôt pour le dire. D’autant que d’autres pistes restent exploitables. Une erreur humaine ou une casse moteur pourraient avoir poussé le pilote à effectuer son atterrissage d’urgence. La réponse finale viendra des enquêtes de la police fédérale et de la DGTA (Direction Générale du Transport aérien).

Une erreur humaine ?

L’avion s’est écrasé peu avant son atterrissage à l’aérodrome d’Avernas-le-Bauduin (Hannut, province de Liège). Selon le président de l’aérodrome, François Persoons, il ne s’agit pas d’une casse moteur " Ici, il a eu un problème avec les commandes. Est-ce que le manche à balais était coincé avec un objet ? Est-ce qu’il volait trop lentement ? ". Le président du club précise que l’accident est impressionnant, mais l’incendie y est pour beaucoup. Un incendie qui a débuté peu après le crash, au moment où les deux passagers sortaient de la carcasse de l’avion.

L’interview complète de François Persoons, président de l’aérodrome d’Avernas-le-Bauduin :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK