Crash d'un camion à Spa: les patrons acquittés d'homicide involontaire

En bout de course, le camion s'était embrasé en raison de la surchauffe des freins du tracteur.
2 images
En bout de course, le camion s'était embrasé en raison de la surchauffe des freins du tracteur. - © RTBF

Arnold K. et Joseph K., respectivement âgés de 52 et 54 ans, administrateurs de la société Arjo Internationaal Transport, ont été acquittés jeudi par le tribunal correctionnel de Verviers du chef d'homicide involontaire à la suite du décès de deux personnes en mai 2013 lorsqu'un camion de l'entreprise avait dévalé le rue de la Sauvenière, tuant un piéton et le conducteur du semi-remorque. Une dame, dont le véhicule avait été tamponné par le camion fou, était décédée deux ans et demi après les faits, les médecins ayant considéré que ce décès avait un lien causal avec l'accident à Spa. 

Le tribunal a considéré que, même si le semi-remorque était dans un état déplorable, cet état n'est pas nécessairement à l'origine de l'accident tel qu'il s'est produit. Les experts ont considéré que l'absence de freinage du semi-remorque était le seul lien causal avec l'accident et qu'il ne pouvait être reproché aux deux prévenus, acquittés au bénéfice du doute.

Ils sont par contre condamnés pour défaut de contrôle technique et utilisation d'un véhicule dangereux pour la circulation en raison de son fonctionnement ou de son manque d'entretien. Ils écopent d'une amende de 6.000 euros avec sursis pour les 2/5e.

170 mètres de course folle

Le 7 mai 2013, le conducteur du camion de la société Arjo International, devant livrer un magasin de bricolage à Spa, avait emprunté la rue de la Sauvenière présentant une déclivité de 7%. Le chauffeur, éjecté du véhicule et décédé sur le coup, n'avait pas respecté les panneaux de signalisation, s'engouffrant avec un semi-remorque de 35 tonnes rue de la Sauvenière à Spa, artère pourtant interdite aux plus de 7 tonnes.

Dans la descente, les freins du camion avaient lâché. Son conducteur, âgé de 46 ans, avait alors accroché un véhicule, dont la conductrice, gravement blessée, allait décéder 2 ans et demi plus tard, puis écrasé un piéton (71 ans). Le camion avait ensuite perdu son chargement avant de percuter des biens mobiliers et des façades d'immeubles. Au terme de 170 m de course folle, le camion s'est embrasé en raison de la surchauffe des freins du tracteur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK