CPAS de Liège : heures de travail et grogne du personnel

Manifestation du personnel du CPAS de Liège
Manifestation du personnel du CPAS de Liège - © RTBF - François Braibant

Mouvement de mauvaise humeur au CPAS de Liège. Ce sont les horaires de travail qui posent problème. La direction veut les réformer. On ne pourra plus commencer à sept heures et demie du matin. Et la demie-heure de midi est allongée d'un quart d'heure. 

Travailler tôt et partir tôt, ça fait moins de monde au travail en fin de journée.

C 'est ce que le CPAS de Liège veut changer. Les travailleurs, eux, n'acceptent pas. Christophe Kinot, CSC : "On est contre le fait de faire travailler les gens à huit heures. Pour l'instant, ils peuvent commencer leur travail à sept heures et demie. Et de plus, on veut nous allonger le temps de midi. Ce ne serait plus une demie-heure, mais trois quarts d'heure. 

Et ça vous ennuie ?

Oui. Parce que ce quart d'heure de plus n'est pas payé. Ca veut dire qu'il faut rester un quart d'heure plus tard au travail l'après-midi. Les gens qui partaient à seize heures, maintenant, ils devront partir à seize heures et quart."

"Il s'agit de permettre aux équipes de travailler ensemble" explique Jean-Marc Jalhay, le directeur général. "Pour ça, il faut que l'amplitude horaire soit quelque peu réduite par rapport à aujourd'hui. Pour pouvoir travailler ensemble, il faut être présents ensemble dans des plages horaires similaires."

Concilier missions et vie de famille

Et puis, explique le directeur général, les agents qui commencent à sept heures et demie et terminent tard doivent récupérer leurs heures supplémentaires. ca rend le travail moins efficace. Côté syndical, on raisonne autrement. "La plupart des travailleurs commencent à sept heures et demie" martèle Boris Petrov, de la FGTB. "ce qu'ils demandent, c'est un horaire de travail qui leur permette de répondre à leurs missions et en même temps, de pouvoir concilier ça avec leur vie de famille."

Le dialogue se poursuit. Les parties doivent se revoir pour négocier. La date n'est pas encore fixée.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK